MARKETING COMMUNICATION MEDIAS
Marques
Agences
Médias

Date de parution :




-- Sélectionnez --
-- Sélectionnez --
Agriculture jardinage
Alimentation
Ameublement décoration
Annonces légales
Appareils ménagers
Audiovisuel photo cinéma
Automobile transport
Batiment travaux publics
Boissons
Corporate
Culture & loisirs
Distribution
Edition
Energie
Enseignement formation
Entretien
Ets financiers assurance
Habillement accessoires textile
Hygiene beauté
Immobilier
Industrie
Information Media
Informatique bureautique
Organismes humanitaires
Parrainage associatif
Publicités diverses
Publicité financière
Santé
Services
Telecommunications
Voyage tourisme

Plan de la rubrique Marques
Voir les dossiers Marques
Votre Flux Rss Stratégies Marques

Le vin français brise la glace à l'étranger

22/11/2007 -

À contre-courant de la tendance « tradition et luxe à la française », les vins Castel misent sur l'humour pour séduire la clientèle internationale.

Pour Castel ou pour les vins de Bordeaux (ici, un visuel destiné au marché belge), adopter le point de vue du consommateur est à présent plus efficace que de montrer des bouteilles en majesté.

French Revolution » ? Pour leur première prise de parole à l'international, les vins Castel n'ont pas puisé dans l'éternelle imagerie du luxe et de la tradition « à la française ». Sous la forme de dessins humoristiques, la campagne qu'ils s'apprêtent à lancer en Europe rompt avec une litanie bien connue en revisitant les clichés hexagonaux (« French kiss », « French fry », « French cheese », etc.) pour les tourner en dérision.

« En France, le vin est une religion dont on a du mal à parler, explique Nicolas Wallyn, directeur du développement chez Hakuhodo France, l'agence qui a conçu la campagne Castel. À l'international, la plupart des campagnes françaises montrent des bouteilles en majesté, en appellent à la tradition séculaire... C'est comme si nous étions anesthésiés par la loi Evin ! Nous avons voulu rompre avec cette façon de faire en nous plaçant non plus du point de vue du producteur, mais du côté du consommateur. »

À force de revendiquer leur supériorité et d'emprunter aux codes du luxe pour justifier leur prix, les vins français finiraient-ils par lasser ? « En jouant sur d'autres registres comme la convivialité ou la complicité, les campagnes pour les vins australiens ou sud-africains ont davantage d'impact, affirme Nicolas Wallyn. À l'inverse, les vins français paraissent intimidants, voire arrogants, alors même qu'ils ne sont plus toujours au goût du jour... » Pour Patrick Lecercle, président de l'agence Momentum, chargée de la campagne internationale des vins de Chablis, l'utilisation des clichés « made in France » peut toutefois se justifier. « Pour positionner le chablis comme un vin d'apéritif et une alternative crédible au champagne, nous l'avons présenté comme la boisson incarnant le chic français, ce qui rendait difficile de s'affranchir des codes du luxe... »

Un marché à éduquer

« Le champagne n'a pas de concurrent, ce qui n'est pas le cas des vins, rappelle Philippe Horeau, directeur commercial de l'agence M&C Saatchi GAD, qui gère le budget des vins de Bordeaux. Mais être français n'oblige pas à colporter tous les clichés sur la France, et notamment cette forme de condescendance aujourd'hui accentuée par la simplicité apportée par les vins du Nouveau Monde. » Pour le bordeaux, le travail de communication amorcé début 2006 a consisté à le présenter non pas comme un produit inaccessible pour experts, mais comme une référence pour tous. Partant du constat que les trois quarts des bordeaux portent un nom de château, la campagne a tourné cet emblème intimidant à son avantage en en faisant un symbole d'ouverture. Parmi les slogans utilisés : « Pour le prix d'une bouteille, offrez-vous un château » ou bien « Vous n'êtes pas un prince, mais offrez-lui un château vous serez charmant ».

Les vins Castel, eux, ont pour atout de pouvoir s'affranchir de toute ­considération historique et des complications liées à la promotion d'une collective. Et il semble bien qu'une dose d'humour puisse désamorcer les reproches généralement adressés aux vins du Vieux Continent, notamment en éduquant le marché. « Les clichés donnent une impression d'immobilisme, ajoute Philippe Horeau. Les tourner en dérision, c'est bien. Mais en faire un moyen d'expliquer sa spécificité, c'est mieux. »

www.groupe-castel.com

www.vins-bordeaux.fr

www.vins-bourgogne.fr


Alexandre Debouté
Information traitée dans Stratégies Magazine n°1478

Sur le même sujet :
Culture et ROI
En 2009, Havana Club, seule marque de rhum internationale produite à Cuba et numéro deux mondial hors Etats-Unis, s'est dotée d'une nouvelle ambition. Ne plus suivre...
Jean-Marie Dru: Réinventer l'innovation
Devant les dirigeants de la communication, du marketing et des médias réunis à l'occasion de la première édition du Stratégies Summit, jeudi 29 novembre,...
« Comment les marques innovent dans leur relation consommateurs ?
L'innovation est plus que jamais au cœur des problématiques des entreprises aujourd'hui. Jeudi 29 novembre, la première édition du Stratégies Summit, nouveau...
Marques et innovation au premier Stratégies Summit le 29 novembre
«Comment les marques innovent dans leur relation consommateurs», tel est le thème de la première édition du Stratégies Summit, le rendez-vous des dirigeants de la...
Marques et innovation au Stratégies Summit
« Comment les marques innovent dans leur relation consommateurs », c'est le thème du Stratégies Summit, le rendez-vous des dirigeants de la communication, du...

Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES