Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Sébastien Villeroy

04/12/1998

Sébastien Villeroy, analyste financier chez Ferri, souligne les atouts de NRJ pour les deux exercices à venir.

Comment analysez-vous le chiffre d'affaires de l'exercice clos le 30septembre? Sébastien Villeroy. Il est en ligne avec nos estimations. Mais la hausse de 14,1% n'a pas la qualité que nous escomptions: la station NRJ est stable et la croissance n'est due qu'à Rire&Chansons et Chérie FM. C'est pourquoi nous avons révisé à la baisse notre estimation des bénéfices (130millions de francs contre 138MF). NRJ a notamment souffert de la baisse des tarifs publicitaires à la radio. Êtes-vous plus opti miste? S.V. Oui, car l'exercice 1998/1999 a commencé très fort pour la station NRJ, mais aussi pour les autres stations du groupe, en particulier Nostalgie. Nous attendons deux très beaux exercices. Celui en cours, de transition, réaffirme la stratégie du groupe. Les annonceurs devraient être sensibles aux efforts de concentration des radios par type de clientèle. L'exercice 1999/2000 sera celui des premiers bénéfices de la loi audiovisuelle. L'impact du chiffre d'affaires en année pleine pourrait être de l'ordre de 70MF. Votre objectif? S.V. La radio a le vent en poupe. NRJ a été très bien servie dans la distribution des fréquences. Sur la base de comparaisons internationales, notre objectif de prix est de 1200francs. Entretien: Joël Boyer

Envoyer par mail un article

Sébastien Villeroy

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.