Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les fashion victims, c'est terminé...

16/04/1999

Gérard Pariente, l'un des deux frères fondateurs de Naf Naf, explique comment sa marque a pris l'an dernier un nouveau virage pour rester en phase avec ses consommatrices.

Comment avez-vous redressé la marque? Gérard Pariente. Nous l'avons redynamisée en reciblant les produits. La cible, ce sont les jeunes femmes de 21 à 27ans, habitant encore chez leurs parents, mais avec déjà un petit ou un vrai boulot, qui ont du pouvoir d'achat et qui consomment. C'est pourquoi, dans nos magasins, la mode est aujourd'hui plus féminine, et les prix très concurrentiels. Nous avons beaucoup appris des étrangers qui se sont implantés en France. Pourquoi refaire les magasins? G.P. Aujourd'hui, les clientes sont différentes de celles des années 80. Elles sont plus averties. Elles veulent un prix, un produit et un service. Elles ne sont plus des fashion victims. Le produit doit se détacher. L'éclairage et l'ambiance doivent mettre en valeur les produits. La femme, en entrant dans le magasin, doit ressentir quelque chose. Plus question de bourrer les magasins. Les surfaces ont été augmentées. La surface moyenne d'un magasin est de 200m2. D'ici deux à trois ans, l'ensemble des magasins sera refait. Comment le logo a-t-il évolué? G.P. Celui avec les empreintes de pied de cochon sur fond coloré renvoyait à un monde d'enfant. Le nouveau, conçu par Carré noir, est plus sobre, plus moderne. Il exprime le haut et le bas du globe puisque Naf Naf habille le monde entier. Ce logo ressemble également à un cadre solaire. Naf Naf habille les femmes à n'importe quelle heure de la journée, été comme hiver. Pourquoi avoir racheté Chevignon? G.P. Nous souhaitions disposer d'une marque pour hommes. Chevignon était à vendre, alors on a foncé. C'était en 1993, nous venions d'entrer en Bourse. Tout marchait bien, Chevignon périclitait, malgré un passé riche et emblématique. Nous n'allions pas laisser mourir la marque. Repositionnée, elle a renoué avec les bénéfices. Sa gamme de produits, plus large, s'adresse à une cible plus étendue, qui va de 20 à 40ans. Entretien: O.D.

Envoyer par mail un article

Les fashion victims, c'est terminé...

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.