Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

... Michel Mallard

17/09/1999

Michel Mallard est mexicain, il a 31 ans et vit depuis huit ans en France. Après des études à l'Esag, il commence comme directeur artistique à L'Autre Journal en 1993, jusqu'à ce que Hachette ferme le robinet. En 1994, il relooke Biba, y reste jusqu'en 1997 puis part pour lancer Colors, le magazine de Benetton. Début 1998, il intègre Jalouse, dont il repense la conception visuelle. Le titre, qu'il a quitté cet été, devient une référence internationale. Il est désormais représenté par Première Heure pour la publicité, et Véronique Perez-Domergue pour la direction artistique. Il a mille projets en tête, dont une installation vidéo dans le cadre d'une exposition, sur les goûts, qui ouvrira au musée de Maastricht le 2 octobre prochain.

Pendant l'année et demie où je suis resté àJalouse,quatre rédacteurs en chef se sont succédé. Malgré cela, j'ai pu expérimenter un certain nombre d'innovations. Par exemple, pour un numéro spécial Japon, le journal se lisait à l'envers, il fallait commencer par la fin. En France, les groupes de presse sont frileux, et pourtant les annonceurs sont très demandeurs de ce genre de choses. J'ai aussi lancé plusieurs jeunes photographes et conçu, un peu à la manière d'un film, des séries sur la mode. On commence d'abord à apercevoir les images, le générique et le titre n'apparaissent qu'ensuite. » J'étais le commissaire du Festival, l'un des plus im- portants pour la jeune création de mode. J'étais chargé de la direction artistique de la manifestation. Pour le catalogue, plutôt que de prendre des mannequins, nous avons préféré organiser un casting sur place, avec les gens du coin. Nous les avons photographiés avec les vêtements des créateurs. Avant, Hyères c'était très parisien, il y avait deux avions qui arrivaient puis qui repartaient. » Je travaille depuis deux ans sur ce livre qui va présenter, sur plus de 300 pages, le travail de Jean-Baptiste Mondino. Pour la couverture, qui est un autoportrait du photographe, j'ai choisi une photo qui n'avait encore jamais été tirée. A l'intérieur, il n'y a pas de textes, les séries de photos rythment les pages, c'est presque un travail de montage cinématographique. » Tati voulait faire un bouquin très cher, genreContes et Mythologie de Tati.Je leur ai dit que Tati, ce n'était pas ça, que Tati était ancré dans le réel et je leur ai proposé de faire un livre avec 50 photographes, vendu 50 francs. Les auteurs n'étaient pas énormément payés mais ils avaient carte blanche pour donner leur vision de l'enseigne. Aucune maison d'édition française ne voulait faire ce livre, estimant que c'était impossible. En Allemagne, on m'a dit oui en un après-midi. »

Envoyer par mail un article

... Michel Mallard

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.