Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CATHERINE DELTEIL

08/10/1999

Directeur marketing sur les eaux gazeuses chez Évian-Volvic (groupe Danone), Catherine Delteil revient sur la nouvelle stratégie de Badoit.

Pourquoi avoir décidé d'utiliser les fables de La Fontaine? Catherine Delteil. Elles appartiennent au patrimoine français. Tout le monde les connaît. Leurs personnages incarnent des comportements humains dans lesquels chacun peut se projeter. Ces fables permettent de mettre rapidement en scène une situation, avec deux protagonistes. De par leur antagonisme, ils font ressortir un avant et un après-Badoit. Ce qui intéresse les gens aujourd'hui, c'est l'ouverture aux autres, l'enrichissement qui découle d'une rencontre. Cette valeur de socialisation s'inscrit d'ailleurs dans les grandes tendances du troisième millénaire. Badoit, marque leader, se doit de rester en phase avec ses consommateurs. Où en êtes-vous dans votre politique d'innovation produit? C.D. Au mois de mars dernier, nous avons fait évoluer la bouteille d'un litre. Aujourd'hui, elle est commercialisée en PET. Cette bouteille se veut élégante et raffinée, elle a été pensée pour la table. Le PET est plus résistant et plus transparent. D'autres innovations sont à venir. Comment le groupe Danone positionne-t-il Salvetat par rapport à Badoit? C .D. Salvetat est une marque accessible. Une eau pour tous, moins chère que Badoit. Elle est née en 1992, à la suite des ruptures de la source Badoit en 1989. Elle était destinée à prendre le relais en termes de volume. C'est pourquoi elle est positionnée comme une marque coeur de marché. Cette eau minérale est issue du Haut-Languedoc. Elle a toujours été associée à la nature. Avec la dernière campagne, nous avons cependant fait évoluer le bénéfice promis par la marque. Aujourd'hui, le discours est davantage tourné vers la bonne humeur que vers le rafraîchissement. La nature est imaginaire plutôt que géographique. L'objectif premier n'est plus que Salvetat soit exclusivement associée au Haut-Languedoc. C'est pourquoi le dernier spot met en scène une jeune femme épanouie qui se roule dans l'herbe. C'est un film à la fois ensoleillé et plein de gaieté qui dit que Salvetat est un petit bonheur simple, comme il en existe tant dans la vie, à l'image du livreLa Première Gorgée de bière et autres plaisirs minusculesde Philippe Delherme. Entretien: O.D.

Envoyer par mail un article

CATHERINE DELTEIL

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.