Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Médias

Comment FOG réveille Le Figaro magazine

05/11/1999

Depuis quelques mois, Le Figaro magazine, dirigé par Franz-Olivier Giesbert, bat quelques records de ventes. Ces résultats ne sont pas le fait du hasard. Et si l'investigation était à la mode?

FOG auFig mag? LorsqueLe Figaroa officialisé la nouvelle, en septembre 1998, les observateurs en ont déduit que Franz-Olivier Giesbert avait perdu la partie au quotidien de la rue du Louvre. Les caciques duFigaroavaient eu sa peau. Il rongera son frein comme directeur de la rédaction du magazine. C'est mal connaître le personnage.«Même enfermé tout seul dans une pièce pendant une journée, il est capable de sortir un journal pour le soir», disait-on déjà de lui, à son arrivée auFigaro, voici dix ans, alors qu'il venait duNouvel Observateur, avec une image de centriste de gauche. C'est donc enfermé, contenu plutôt, auFigaro magazine,que Franz-Olivier Giesbert décide de s'investir sur le titre. Début 1999, la diffusion, en franche érosion, commence à se rétablir. Pendant l'été, le phénomène s'accélère. Le numéro du 14août, avec une interview exclusive de Hillary Clinton, progresse en diffusion France payée de 5,6% (à 489852exemplaires, source éditeur) par rapport au même numéro de l'année précédente. La recette?«On essaie de présenter chaque semaine un journal varié, avec du fond, du people, du ciel bleu et un reportage chaud avec une forte actualité», résume Franz-Olivier Giesbert. Et d'ajouter :«Je suis persuadé que l'investigation est l'un des rares moyens pour la presse de revenir sur le devant de la scène.»Il n'a pas tort: le 11septembre, avec «Le palmarès des 500hôpitaux de France ville par ville»,Le Figaro magazinecrève son plafond. Avec 554100exemplaires vendus au total, dont 404000 en kiosques, le titre obtient son meilleur résultat depuis dix ans. Et comme pour enfoncer le clou, deux numéros plus tard, le 25septembre, Le Fig magdépasse une nouvelle fois la barre des 500000exemplaires (à 509900, toujours selon l'éditeur) avec un nouveau sujet exclusif: «Cliniques, le palmarès 1999 ville par ville». Pour ces deux numéros, un cahier central de quarante pages était consacré au sujet de couverture et le magazine, d'ordinaire vendu le week-end, avec le quotidien,Madame Figaroet leTV magazine, est«resté présent en kiosques jusqu'au mardi», précise Frédérick Cassegrain, directeur de la diffusion du groupe Le Figaro.

Un virage politique à 180 degrés

Pour obtenir ces résultats, FOG n'a pas lésiné sur les moyens. Première initiative: un virage politique à 180degrés. Le magazine, que Robert Hersant définissait comme«un antijournal pour des antilecteurs», cesse de caresser l'extrême droite. On l'a même vu défendre Claude Allègre ou Laurent Fabius.«C'est un magazine de droite que les gens de gauche peuvent lire avec plaisir, parce que c'est un journal ouvert et varié», lâche, à mots choisis, celui qui est aussi l'animateur duGai savoirsur Paris Première. Seconde initiative: il recrute, au mois de mai et en CDD, trois journalistes expérimentés: Jérôme Vincent, François Malye et Philippe Houdart. En rupture de ban depuis quelques semaines avecSciences&Avenir, le mensuel du groupe Nouvel Observateur, où ils étaient respectivement rédacteur en chef et rédacteurs en chef adjoints, les trois simples «reporters, chargés d'opérations spéciales» débarquent avec la mission de publier avant la fin de l'année quelques grosses enquêtes. Les «mercenaires» - terme que ni les intéressés ni FOG n'apprécient - s'attèlent à la tâche. En développant une nouvelle forme d'investigation, ils seront à l'origine des numéros sur les hôpitaux et les cliniques. Franz-Olivier Giesbert, nommé le mois dernier directeur général des magazines du groupe Le Figaro, a récemment prolongé à l'identique leur contrat, dont le terme arrivait en décembre. La seule fausse note vient en fait deSciences&Avenir. Le directeur de la rédaction, Georges Golberine, a publié, dans son numéro du mois d'octobre, un article titré «Vieux chiffres pour un faux scoop». ÀStratégies, il explique que«95% de l'information publiée parLe Figaro magazinesur les hôpitaux vient de la base de données de 1996», soit ceux publiés un an plus tôt par les mêmes journalistes dans ses colonnes. Une accusation réfutée par ces derniers, qui arguent qu'ils ont multiplié par deux les disciplines étudiées. Et quoi qu'il en soit, sur les cliniques, dont les chiffres sont issus d'une base de données de 1997, aucune critique n'est possible. Depuis ces bons résultats,Le Figaro magazinesemble poursuivre sur sa lancée. Au 16octobre 1999, la diffusion moyenne du titre (477241ex. vendus progressait de 1,8% par rapport à la même période de l'année précédente. Or,L'Expressexcepté, le contexte est difficile pour les news magazines. Satisfait, Franz-Olivier Giesbert préfère toutefois rester prudent.«L'objectif est de parvenir à stabiliser la diffusion cette année,indique-t-il.Pour le proche avenir, nous visons le cap des 600000exemplaires.»Rien que ça.

Envoyer par mail un article

Comment FOG réveille Le Figaro magazine

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W