Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La production française a de l’avenir à l'international

17/12/2014 - par Bruno Fraioli

Lors d’un débat organisé dans le cadre de 8e édition des assises de la convergence des médias, Emmanuel Chain (Eléphant) et Gérald-Brice Viret (Lagardère) ont assuré que la production française avait des grandes perspectives de développement à l’international.

L’industrie audiovisuelle française frétille. Il ne manque pas grand-chose pour que nos productions nationales envahissent les écrans des télévision mondiales. L’optimisme était de rigueur lors de la 8e édition des assises de la convergence des médias organisée à Paris, mercredi 17 décembre, par l’Idate, et dont Stratégies était partenaire.

 

«Aujourd’hui, nous assistons à un fort renouveau de la production française, et ce mouvement est déjà visible sur nos chaînes nationales», se réjouit Emmanuel Chain, directeur d’Eléphant. Le producteur de Fais pas ci, fais pas ça, Working Girls ou Sept à Huit, estime que ce mouvement est consécutif à l’arrivée d’une nouvelle génération de producteurs et de réalisateurs. «Si Alexandre Dumas vivait aujourd’hui, c’est lui qui aurait écrit la série 24 Heures, jure-t-il avec humour.

 

French touch

 

Pour autant, difficile de dire que la déferlante des fictions et divertissements «made in France» est déjà lancée. «Oui, nous assistons à un rebond, notamment parce que nous apportons une vraie différenciation artistique par rapport aux productions américaines», estime Gérald-Brice Viret, directeur délégué du pôle télévision de Lagardère. Une «french touch» qui pourrait encore prendre de l’ampleur.

 

«Je crois à la vertu d’un modèle construit sur la création, mais, avant de partir à l’international, il faut des programmes très fort en local, et des diffuseurs qui font confiance aux producteurs dans les prises de risque éditoriales», ajoute Emmanuel Chain. Ce dernier lance l’idée de «screenings», cet événement professionnel où sont projetées ou présentées de nouvelles séries, à la française ou à l’européenne.

 

Les diffuseurs producteurs délégués?

 

Des idées que retient Catherine Morin-Desailly, sénatrice UDI de Seine-Maritime, présidente de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat. «Face à des géants comme Netflix, nous devons avoir des groupes français forts, déclare-t-elle. Il faut ouvrir ce débat. J’attends aussi que le gouvernement signe le décret permettant aux diffuseurs d’être producteur-délégués d’œuvres de fiction.» Afin de permettre aux chaînes d'exporter les œuvres dans lesquelles elles ont investi.

Envoyer par mail un article

La production française a de l’avenir à l'international

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.