Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Achat médias

«Faire émerger des solutions pour repenser le temps»

06/09/2016 - par Propos recueillis par Emmanuel Gavard

A l'occasion des Rencontres de l'Udecam, qui se tiennent ce 6 septembre, Jean-Luc Chétrit, président de l'association professionnelle ainsi que de l'agence Carat, revient sur l'actualité de la semaine.

Qu'attendiez-vous des Rencontres de l’Udecam version 2016?

Jean-Luc Chétrit. On peut en attendre beaucoup de choses, notamment des solutions. Le rôle des conférences n’est pas seulement de débattre gentiment, de poser le problème ou d'analyser le contexte. C’est certes intéressant, mais il faut aller plus loin. Le sujet, cette année, c’est «Repenser le temps», et il y a des personnes qui réfléchissent et mettent en place des solutions. Donc, nous essayons de tirer les débats vers ces solutions, mais c’est aussi pour cela que nous avons organisé le Forum des solutions, avec des start-up qui présentent leurs solutions, pour tirer profit de la synchronisation des médias.

 

Que pensez-vous du lancement de la chaîne France Info?

J.-L.C. Il faut d’abord souligner le temps très réduit avec lequel France Info s’est montée, et dire bravo aux équipes. Ce n’est pas une mince affaire! France Info traduit aussi l’appétence des français pour les chaînes d’info en continue. Nous sommes le deuxième pays européen, avec l’Allemagne, où elles réalisent autant d’audience. Reste cependant à savoir comment le marché publicitaire va réagir et à quel point on a réellement besoin de plusieurs chaînes d’info en continu en France…

 

TF1 va demander à pouvoir faire la promotion de LCI sur sa chaîne…

J.-L.C. C’est une question tout à fait légitime. France Télévisions, lui, a le droit de le faire et il ne peut pas y avoir deux poids, deux mesures. De manière plus large, je suis favorable à une révision de la réglementation des chaînes de télévision, qui datent d’un autre temps. Aujourd’hui, le digital est le premier média des annonceurs et l'on ne peut pas laisser de boulets aux pieds de la télévision. Ainsi, il faut sans doute se poser des questions sur la présence des produits à l’écran, sur les annonces concernant le cinéma, sur l’autopromotion… Alors, soit on rajoute des obligations aux acteurs du digital, comme Google et Facebook, soit on en enlève aux chaînes de télévision. 

 

Apple vient de se voir infliger une amende de 13 milliards d’euros.

J.-L.C. A un moment, il faut que les mêmes règles fiscales s’appliquent à tout le monde, aussi bien aux médias locaux qu'aux plateformes internationales. On peut comprendre Apple, qui affirme avoir simplement passé un accord, mais l’Irlande fait partie d’un tout. Petit à petit, les frontières doivent être redéfinies, car elles ne peuvent pas être une excuse pour ne pas contribuer à l’économie générale. D'ailleurs, les Etats-Unis ont entamé la même réflexion que l'Union européenne sur l'harmonisation fiscale! 

 

L’explosion du satellite de Facebook?

J.-L.C. Il est intéressant de noter comment cet événement a mis en lumière les missions dans le monde que se donnent certaines entreprises. On peut citer Google, qui veut réduire l’accidentologie avec ses voitures autonomes, et Facebook donc, qui veut donner accès à internet à l'ensemble de la population de la planète. Il y a quelques années, avec Microsoft, c’était le PDG [Bill Gates] qui s’engageait dans ses missions à travers sa fondation. Désormais, c’est l’entreprise elle-même qui veut jouer ce rôle. C’est positif, tant qu’il n’y a ni monopole ni position dominante. On ne peut pas se contenter d’une seule vision pour faire un «monde meilleur»…

 

La démission d’Emmanuel Macron?

J.-L.C. Cette information a été très traitée par les chaînes d’info, parfois à la limite du mélange des genres entre «people» et politique. Mais de tous les départs du gouvernement, c’est le seul qui suscite tant de questions de la part du public. Donc, selon moi, il ne faut pas inverser les rôles dans ce qui a été dit. Ce ne sont pas les médias qui ont fait Macron, mais bel et bien lui qui les attire, ainsi que le public.

 

La destitution de Dilma Rousseff?

J.-L.C. Ce qui se passe au Brésil est caractéristique de l’Amérique latine. Or, j’ai eu la chance de vivre au Venezuela. Ce continent avait plus de potentiel que l’Afrique il y a quelques années, mais il n’a pas réussi, et ses taux de croissance sont aujourd’hui bien plus faibles. Dilma Rousseff a échoué là où beaucoup ont échoué également, et n’a pas su faire face au syndrome de la gouvernance. Ce sera un bon signe de la santé démocratique du pays si la réaction est positive. Mais, malheureusement, son successeur potentiel est soupçonné de corruption.

Alors que vous « repensez le temps » aux Rencontres de l'Udecam, une nouvelle chaîne d'info en continue se lance

Il faut d’abord souligner le temps très réduit avec lequel France Info s’est montée, et dire bravo aux équipes. Ce n’est pas une mince affaire ! France Info traduit aussi l’appétence des français pour les chaînes d’info en continue. Nous sommes le deuxième pays avec l’Allemagne où elle réalisent autant d’audience. Reste cependant à savoir comment le marché publicitaire va réagir et à quel point on a réellement besoin de chaînes d’info en continu en France...

 

TF1 qui va demander à pouvoir faire la promo de LCI sur sa chaîne

C’est une question tout à fait légitime. Il ne peut pas y avoir deux poids, deux mesures. Or France Télévision a le droit de le faire. De manière plus large, je suis favorable à une révision de la réglementation des chaînes de télévision, qui datent d’un autre temps. Aujourd’hui, le digital est le premier média des annonceurs et l'on ne peut pas laisser de boulets aux pieds de la télévision. Ainsi il y a sans doute des questions à se poser sur la présence des produits à l’écran, sur les annonces concernant le cinéma, sur l’autopromo… Alors soit on rajoute des obligations aux acteurs du digital, comme Google et Facebook, soit on en enlève aux chaînes de télévision.

 

L’amende de 13 milliards d’euros infligée à Apple

A un moment, il faut que les mêmes règles fiscales s’appliquent à tout le monde, aussi bien aux médias locaux qu'aux plateformes internationales. On peut comprendre Apple, qui dit avoir simplement passé un accord, mais l’Irlande fait partie d’un tout. Petit à petit, les frontières doivent être redéfinies, car elles ne peuvent pas être une excuse pour ne pas contribuer à l’économie générale. D'ailleurs les Etats-Unis ont entamé la même réflexion que l'Union Européenne sur l'harmonisation fiscale!

 

L’explosion du satellite de Facebook

Il est intéressant de noter comment cet événement a mis en lumière les missions dans le monde que se donnent certaines entreprises. On peut citer Google qui veut réduire l’accidentologie avec ses voitures autonomes, mais aussi Facebook, donc, qui veut donner accès à Internet à toute la population. Il y a quelques années, avec Microsoft, c’était le PDG qui s’engageait dans ses missions au travers de fondations. Désormais, c’est l’entreprise elle-même qui veut jouer ce rôle. C’est positif, tant qu’il n’y a ni monopole ni position dominante. On ne peut pas se contenter d’une seule vision pour faire un « monde meilleur »...

 

La démission d’Emmanuel Macron

Cette information a été très traitée par les chaînes d’info, parfois à la limite du mélange des genres entre « people » et politique. Mais de tous les départs du gouvernement, c’est le seul qui suscite tant de questions de la part du public. Donc selon moi, il ne faut pas inverser les rôles dans ce qui a été dit. Ce ne sont pas les médias qui ont fait Macron, mais bel et bien, lui, qui les attire, avec le public.

 

 

La destitution de Dilma Roussef

Ce qu’il se passe au Brésil est caractéristique de l’Amérique latine, or j’ai eu la chance de vivre au Venezuela... Ce continent avait plus de potentiel que l’Afrique il y a quelques années, mais il n’a pas réussi, et ses taux de croissance sont aujourd’hui bien plus faibles. Dilma Roussef a échoué, là ou beaucoup ont échoué également, et n’a pas su faire face au syndrome de la gouvernance. Ce sera un bon signe de la santé démocratique du pays, si la réaction est positive. Mais malheureusement, son successeur potentiel est déjà soupçonné de corruption…

 

Envoyer par mail un article

«Faire émerger des solutions pour repenser le temps»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.