Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

Rémy Pflimlin se défend après le rapport de la Cour des comptes

25/10/2016 - par Delphine Soulas-Gesson, avec AFP

L'ancien président de France Télévisions, Rémy Pflimlin, a vivement réagi après la publication, le 24 octobre, d'un rapport de la Cour des comptes très critique, qui pointe pour la période 2009-2015 une mauvaise gestion, des réformes trop timides surtout dans les rédactions, des achats peu contrôlés ou encore des salaires qui dérapent notamment chez les journalistes.

Dans un communiqué, celui qui était à la tête du groupe audiovisuel public à cette époque regrette que «les observations de la Cour ne rendent pas suffisamment compte des progrès réalisés par l'entreprise et ses salariés sous mon mandat» et que «les avancées reconnues dans le contenu du rapport ne soient pas reprises dans ses titres».

Rémy Pflimlin relève notamment que la part d’audience globale de France Télévisions a limité son recul entre 2011 et 2015 (elle est passée de 29,9% à 29,2%) «en dépit d’une concurrence massivement accrue sur la TNT». Et l'ancien président d'ajouter: «cette trajectoire fut le résultat, non d’une tentative d’imiter l’offre privée, mais bien du renforcement des genres les plus emblématiques du service public : la fiction, l’information»

 

-34 millions d'euros en trésorerie

 

Transformation digitale, «effort d’économies inédit», réorganisation de l’entreprise, signature d'un nouvel accord collectif...  Rémy Pflimlin dresse l'inventaire de son mandat et se félicite d'une «réforme historique» avec les premières pierres posées du projet de rapprochement des rédactions entre France 2 et France 3.
«Entre 2010 et 2015, malgré bien des bouleversements et des doutes, France Télévisions aura emprunté d’un pas décidé le chemin de sa réforme, proposant une télévision de qualité au plus grand nombre, entrant pleinement dans l’ère numérique, et convaincue de la nécessité de faire mieux avec moins», conclut-il.

Dans son rapport, la Cour des comptes estime qu'entre 2009 et 2015, France Télévisions ne s'est pas assez réformé et a laissé sa situation financière se dégrader, rendant «impérative» une réduction plus rapide des charges. Doté de 2,5 milliards d'euros de fonds publics en 2015, le groupe a ramené son résultat net comptable à l'équilibre en 2015, mais son déficit d'exploitation reste de 30 millions. Fin 2016, la trésorerie sera négative de 34 millions d'euros, selon la Cour.

 

Retard numérique

 

Le groupe, présidé par Rémy Pflimlin de mi-2010 à mi-2015 puis par Delphine Ernotte, «n'a pas été en mesure de réduire significativement ses effectifs permanents et le recours à l'emploi non permanent n'est pas assez maîtrisé», poursuit la Cour. Passés de 10 211 postes équivalent temps plein en 2009 à 9 932 en 2015, les effectifs ont baissé de 2,7 % en six ans, quasi exclusivement sur les emplois non permanents (-15,4%) alors que le nombre de permanents (-0,3%) est resté stable. En outre, les rémunérations de base ont nettement augmenté entre 2013 et 2015.
Le rapport dénonce aussi un retard dans le numérique, où la télévision de rattrapage de France Télévisions a eu tendance à stagner sur internet, ainsi que des chiffrages flous pour la chaîne d'info et des pratiques parfois douteuses pour l'achat de programmes.

Envoyer par mail un article

Rémy Pflimlin se défend après le rapport de la Cour des comptes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.