Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Radio

L'arrêt des grandes ondes à France Inter, une bonne idée?

06/01/2017 - par Delphine Soulas-Gesson

Par souci d’économie, la radio publique vient d’arrêter sa diffusion en grandes ondes, qui représentait 5 à 7% de son audience. Pas sûr en revanche que cette décision profite aux autres stations.

Chaque jour, ils étaient autour de 400 000 Français à écouter France Inter en grandes ondes, soit 5 à 7% de l’audience de la station. Depuis le 1er janvier 2017, ces auditeurs ne peuvent plus le faire après la décision de Radio France d’arrêter la diffusion sur ce canal d’un autre âge mais qui permet aux millions de Français qui ne captent pas la FM (20 à 30% de la population française, selon RTL) de pouvoir quand même écouter la radio.

Objectif pour Radio France: économiser 6,1 millions d’euros par an. En 2016 déjà, le groupe radiophonique public avait arrêté la diffusion en moyennes ondes, ce qui entraîne une économie totale (moyennes et grandes ondes) de 13 millions d’euros chaque année, inscrite dans son Contrat d’objectifs et de moyens 2015-2019. En 2015, le groupe Radio France a affiché une perte de 13,9 millions d'euros et prévoit 16,5 millions d'euros de déficit en 2016. 

 

«Report minime»

 

L'animatrice de France Inter Charline Vanhoenacker a apporté fin décembre son soutien à la protestation contre l'arrêt de la diffusion en grandes ondes. Y aurait-il rupture dans la délivrance d'un service public? La direction de Radio France relativise: «Nos radios couvrent 97% du territoire en FM. Pour les 3% restants, nous travaillons avec les personnes qui vivent dans les zones blanches pour trouver des solutions alternatives aux grandes ondes». Parmi celles-ci, l’écoute de la station via le wifi ou le satellite.

Rien ne dit que les auditeurs de France Inter en grandes ondes se tourneront vers l’une des trois autres radios françaises diffusées de cette façon, à savoir Europe 1, RMC et RTL. Cette dernière, en tout cas, n'y croit pas: «Le report devrait être minime voire inexistant car France Inter est très bien pourvue en FM et ses auditeurs sont très fidèles», explique-t-on rue Bayard. Avec 626 fréquences, France Inter est en effet la station la mieux pourvue en fréquences FM, quand Europe 1 totalise 324 fréquences, RTL 286 et RMC 271.

Pas sûr non plus que ces trois généralistes emboîtent le pas à France Inter. Selon RTL, 15% de l’audience des ex-stations périphériques est encore réalisée sur les grandes ondes.

 

L'éclairage public

 

Reste à savoir ce qu’il adviendra de l'émetteur d'Allouis, situé dans le Cher, et dont les deux pylônes de 350 mètres de haut envoyaient les ondes de France Inter à travers l'Hexagone et bien au-delà - notamment pour la météo marine - sur la fréquence 162 kHz. L'opérateur TDF continuera d'y diffuser le signal horaire de référence élaboré à partir d'horloges atomiques, qui fournit l'heure légale française à de nombreux services et entreprises. Les systèmes de commandes de l'éclairage public ou la synchronisation des horodateurs par exemple en dépendent.

Le 21 décembre, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a également lancé un «appel à manifester son intérêt» pour reprendre la fréquence en grandes ondes abandonnée par France Inter. En fonction des manifestions d’intérêt reçues dépendra l’ouverture, ou non, d’un appel à candidatures pour reprendre la fréquence.

Envoyer par mail un article

L'arrêt des grandes ondes à France Inter, une bonne idée?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.