Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

Direct, plaintes et avocats : la polémique Hanouna enfle encore

29/05/2017 - par Caroline Bonacossa avec AFP

L'animateur vedette de C8, Cyril Hanouna, veut continuer à présenter en direct son émission «Touche pas à mon poste», malgré les polémiques soulevées par certaines séquences ces derniers mois. «C'est le direct qui donne sa vérité à un programme. C'est ma marque de fabrique», explique dans le Journal du dimanche l'animateur, dont un canular jugé homophobe a suscité près de 40 000 plaintes de téléspectateurs auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et l'ouverture d'une procédure de sanction.

«Avec le direct, je me mets à nu: avec mes émotions, mes peines, mes conneries et mes sorties de route. En 1.000 émissions, sur cinq ans, j'ai dû connaître une huitaine de dérapages», se défend Cyril Hanouna, qui écarte toute idée d'enregistrer son émission plutôt que de la faire en direct.

 

Nouveau mea culpa

Après avoir fait son mea culpa cette semaine sur le site de Libération, il exprime à nouveau des «regrets» dans le Journal du dimanche. Tout en faisant aussi part de sa «colère»: «Certains médias se sont précipités sans discernement, ni vérification, pour me caricaturer en être sectaire ou homophobe. Ces accusations sont aussi graves qu'infondées». «Je continuerai [...] à rire de tout et de tous!», affirme Cyril Hanouna, qui «envisage» néanmoins de «faire évoluer» son émission. «Nous réfléchissons à des changements éditoriaux substantiels», ajoute-t-il.

 

Procédure de sanction du CSA

 

Le CSA a annoncé mardi 23 mai l'ouverture d'une procédure de sanction contre la chaîne C8 après avoir reçu plus de 25 000 plaintes de téléspectateurs au sujet de ce canular jugé homophobe. En parallèle, une cinquantaine d'annonceurs ont suspendu la diffusion de publicité pendant le créneau horaire de l'émission. Dans ce canular diffusé le 18 mai, l'animateur, qui s'est fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce, répond de façon caricaturale et en direct aux hommes qui le contactent, suscitant l'hilarité du public.

«La procédure de sanction est lancée et doit se poursuivre», a déclaré mercredi 24 mai la ministre de la Culture Françoise Nyssen, estimant qu'«aucun dérapage qu'il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer». La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a pour sa part indiqué samedi 27 mai vouloir rencontrer l'animateur vedette pour «dialoguer avec lui», refusant de rejoindre «la curée».

 

Du flou sur les témoignages


Dans l'interview accordée au JDD, l'animateur revient sur sept témoins qui se sont plaints auprès de l'association Le Refuge des conséquences provoquées par la diffusion de leur conversation à l'antenne avec celui qu'ils croyaient être Jean-José. Deux d'entre eux auraient déjà assurés, selon le journal, s'être fait passés pour des victimes pour retourner le canular contre Hanouna.

Seul un recit serait avéré. Le président de l'association Nicolas Noguier défend ses équipes puisque plusieurs personnes ont fait part d'appels de détresse. Il affirme au journal n'avoir «jamais vu ni accueilli un seul plaignant».

Le cas d'un jeune homme, qui aurait été chassé de chez lui par ses parents et aurait appelé à deux reprises le centre a ému mais s'avère cependant confus.

«Il va nous falloir tirer cela au clair, dit Hanouna. J'ai tenté de contacter ce jeune homme par l'intermédiaire de M. Nicolas Noguier. Or à ce jour, non seulement je n'ai aucune nouvelle de lui, mais, plus inquiétant encore, nous constatons que les déclarations des intervenants le concernant sont soit divergentes soit incohérentes. Cela m'interpelle a minima». Et l'animateur d'expliquer : «Je ferai tout ce que je pourrai pour trouver la vérité, pour l'aider, et s'il le souhaite le rencontrer». 

De son côté, l'association Le Refuge a fait part sur Twitter dimanche 28 mai de pressions de la part de la société de productions de Touche pas à mon poste H2O pour que le jeune homme ne porte pas plainte mais vienne témoignager dans TPMP, assure Le Parisien. Des accusations jugées «calomnieuses» par le directeur adjoint de la production Lionel Stan.

 

Avocats à la rescousse

 

Suite au refus de la plupart des annonceurs d'être associés à l'émission, la suppression des publicités depuis le mardi 23 mai entraîne un manque à gagner conséquent pour C8, estimé à 150 000 euros par jour. Et le retour des annonceurs risque de ne pas intervenir avant plusieurs jours. Face à cette situation et au flou liés aux déclarations de témoignages reçus par Le Refuge, le JDD affirme que «l'avocat de Cyril Hanouna, Stéphane Hasbanian n'exclut pas de saisir la justice. Idem pour Vincent Bolloré, actionnaire de C8, qui suit le dossier de très, très près». 

Envoyer par mail un article

Direct, plaintes et avocats : la polémique Hanouna enfle encore

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W