MARKETING COMMUNICATION MEDIAS DIGITAL
Marques
Agences
Médias
Plan de la rubrique Médias
Voir les dossiers Médias
Votre Flux Rss Stratégies Médias
Retour à la page précédente
Augmenter la taille du texteDiminuer la taille du texteVersion imprimable de l'article
Page 1/2

SFR met les contenus au centre de sa stratégie

télécoms

29/01/2009 -

Positionné depuis trois ans sur la musique, l'opérateur de téléphonie fixe et mobile, depuis sa fusion avec Neuf Cegetel, affiche ses ambitions face à Orange.

SFR présente… Thierry Zemmour. À l'occasion du Midem à Cannes, quelques jours avant de faire face aux quelque 400 000 clients privés de leur abonnement du fait de la tempête dans le Sud-Ouest, l'opérateur a mis sur le devant de la scène l'homme des contenus du nouvel SFR. Familier des grands chantiers de SFR depuis onze ans, Thierry Zemmour sait de quoi il parle. Des services mobiles au développement du réseau 3G, il connaît la maison comme le portable de sa poche.

Depuis la fusion de SFR avec le fournisseur d'accès Neuf Cegetel en 2008, c'est sur la nouvelle stratégie de l'opérateur qu'il est attendu. Une stratégie devenue à la fois fixe et mobile. «La musique, les jeux, les contenus audiovisuels, le sport et “l'infotainment” sont nos cinq axes prioritaires», explique-t-il.

Objectif : que les contenus deviennent un relais de croissance en chiffre d'affaires. Il s'agit de pallier les baisses de tarifs sur les communications, d'attirer de nouveaux clients et de fidéliser les actuels. Cela ne vous rappelle rien ? SFR tient un discours identique à celui de son concurrent Orange. Il projette d'ailleurs lui aussi de rendre son offre disponible sur les trois écrans (mobile, Web et télévision).

Mais les ambitions diffèrent. Car, même si le nouvel SFR dit pouvoir rivaliser avec l'opérateur historique, il ne semble pas pour l'instant envisager une SFR TV éditorialisée. «Nous revendiquons notre rôle d'agrégateur-distributeur de contenus exclusifs. Construire une chaîne TV et une programmation, c'est un métier. Or, nous n'y voyons pas de création de valeur pour SFR», estime Thierry Zemmour. Et d'ajouter : «Via le bouquet Neuf sur l'ASDL, nos clients ont déjà accès aux offres de Canal+ et Canalsat. Maintenant, si Orange Sports voulait aussi y être référencé, nous ne serions pas contre.»

Le pari de la musique numérique

Plutôt que de se pencher sur une offre grand public, SFR entend d'abord se concentrer sur la monétisation de l'audience de ses portails Web et mobile (5,5 millions de visiteurs uniques mensuels sur le second). Derrière sa stratégie de contenus, il mise sur une forte activité de sa régie publicitaire.

Mais, pour se différencier de son rival, l'opérateur contrôlé par Vivendi (Canal+, Universal, etc.) parie avant tout sur la musique. Avec plus de 10 millions de titres téléchargés en 2008, soit +60% sur un an, il conserve sa place de numéro un sur le mobile en la matière. Dans le nouvel SFR, ce sont déjà 1,2 million de clients qui ont souscrit une offre incluant de la musique (Neufmusic, forfait Illimythics ou MTV sur mobile).


Page 1/2
Google+
Facebook
Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

 
 
 
STRATÉGIES EN NUMÉRIQUE
 
OFFRES D'EMPLOI AVEC
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 
APPELS D'OFFRES AVEC 


Consultez les appels d'offres publics du secteur du marketing, des médias et de la communication

 
 

 
FORMATION AVEC

Toutes les formations et conférences
 
 

Abonnez-Vous à Stratégies