Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Audiovisuel

Attendu au rebond

05/05/2011 - par Philippe Lefèvre

Alain de Pouzilhac, sur un siège éjectable à la tête de l'Audiovisuel extérieur de la France, n'est pas du genre à faire valoir ses droits à la retraite s'il se fait remercier. Des accidents de parcours, il en a vu d'autres. Et a toujours su retomber sur ses pieds.

Dans Tous Ego (1), Jacques Séguéla raconte l'une de ses premières entrevues avec Alain de Pouzilhac. Cela se passe fin 1991 dans le bureau de ce dernier chez Eurocom, à l'époque navire amiral d'Havas dont il est le PDG, et Séguéla fixe son regard sur un aphorisme de Nietzsche placardé au mur: «Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort.» Le genre de maxime que «Poupou» – son surnom dans la publicité – doit certainement avoir en tête ces temps-ci.

Depuis cet automne, la guerre des chefs à laquelle se livre le tandem Pouzilhac-Ockrent à la tête de l'Audiovisuel extérieur de la France anime les gazettes sur fond de procédures judiciaires. Qui sifflera la fin du pugilat? Ils sont l'un et l'autre sur un siège éjectable. Reste à savoir qui appuiera sur l'un, l'autre, ou les deux leviers à la fois? Faudra-t-il que le chef de l'État actionnaire s'en mêle? Au vu de l'orgueil des deux protagonistes, seul Nicolas Sarkozy (ou son successeur) apparaît en mesure d'éteindre l'incendie.

Alain de Pouzilhac en a vu d'autres. Des victoires et des défaites. Une ascension remarquée dans la publicité pour celui qui a commencé comme assistant chef de pub chez Publicis pour finir patron d'Havas.

C'est en 1975 que sa carrière décolle. Il rallie la bannière Eurocom, dont il prend la direction générale. Il décroche son bâton de maréchal en 1985 en devenant PDG. Il mettra vingt ans à transformer une boutique alors très – pour ne pas dire trop – liée aux budgets de l'État, pour hisser Havas au cinquième rang mondial des groupes de communication.

Avant cela, il fut l'artisan de la fusion entre Eurocom et RSCG, en 1992. Un sacré coup préparé dans des vestiaires de foot… On le sait, ce sont parfois des antichambres propices au business. Il existe en périphérie du gotha de la pub une équipe de foot nommée France Pub, subventionnée par Manchette, la régie du groupe L'Équipe. France Pub a pour capitaine un fou du foot nommé Alain Cayzac, le «C» de RSCG. Alain de Pouzilhac porte le n°2 dans l'équipe. «Un arrière latéral rugueux et dur au mal», comme le définit Cayzac.

«Il a eu l'intelligence de ne pas nous virer et de s'appuyer sur notre marque et notre réputation créative», se souvient, vingt ans après, Alain Cayzac. Dans le jardin secret d'Alain de Pouzilhac, il y a Le Petit Prince de Saint-Exupéry, dont il possède une collection rare dans toutes les langues. Il en déniche lui-même les éditions. «C'est cruel et réaliste. C'est écrit avec un regard d'enfant et ça raconte des douleurs d'adultes», confie Alain de Pouzilhac, qui voit dans le roman de «Saint-Ex» une école de la vie: «Le rêve, la confrontation au réel et la part inconnue du destin.» Cette lecture du Petit Prince est à mettre en perspective avec l'une de ses phrases cultes: «Toute idée sans réalisation est une hallucination.»

Guerre des Gaules

Cofondateur de l'agence 5ème Gauche, Édouard, le fils aîné de 40 ans, évoque les mots du père du temps de l'éducation familiale. Sur le mode «faites ce que voulez, mais faites-le à fond». Là où certains soupçonnent ce natif de Sète du complexe de l'autodidacte qui impose à ses enfants un cursus d'études supérieures brillantes qu'il n'a pas fait, Édouard s'inscrit en faux. «Je suis dans la com, mon frère est avocat et ma sœur crée des bijoux. Il n'a jamais cherché à nous tracer la route. Juste à soutenir ce qu'on avait envie de faire.»

L'ascension d'Havas finit par nourrir des appétits et la chute d'Alain de Pouzilhac, en juin 2005, malgré l'appui d'Anne Méaux, la grande prêtresse d'Image 7, ressemble un peu à un épisode de la guerre des Gaules. Un héritier d'armateur breton se met dans la tête de conquérir le monde de la communication. Le baron de Pouzilhac lui semble, parmi d'autres, une proie à sa portée. Bolloré vaincra.

«Alain n'imaginait pas partager le pouvoir au sein d'une boîte qui représentait son plus haut fait d'armes et avec quelqu'un dont il ne voyait pas clairement le projet», commente Alain Cayzac. Pouzilhac gardait aussi en mémoire le match Bouygues-Bolloré sur le capital de TF1 et se méfiait à juste titre des ambitions de l'armateur.

Viré, Pouzilhac rebondira rapidement. Fin 2005, Jacques Chirac, sur le conseil de Bernard Brochand – encore un ancien publicitaire –, lui confie la présidence de la CFII, qui va devenir France 24, alors qualifiée de «CNN à la française».

Et maintenant? Dans les fondamentaux de Poupou, il y a l'engagement et la culture de la relation client. L'un de ses vieux compagnons de route chez Eurocom puis Havas témoigne: «Tous les mardis à 17h, il y avait réunion chez Darty. C'était son client et même après qu'il soit devenu président d'Havas, il n'y avait pas grand-chose qui pouvait lui faire déroger à ce rendez-vous.» Et le même observateur, qui préfère garder l'anonymat, de le définir par trois mots à l'emporte-pièce: «Fidélité, hargne et pas de pardon.»

Engagement total

Dans l'adversité, ce VRP de luxe ne se contente pas de mettre le pied dans la porte: il se donne corps et âme à sa «cause». Et déteste battre en retraite. Jacques Séguéla, qui fut son collaborateur après la fusion Eurocom-RSCG, dit de son ancien patron qu'il est «prêt à tout quand il voit qu'il est acculé»? (2)

Alain de Pouzilhac n'a en tout cas pas le profil de faire valoir ses droits à la retraite. L'action et le pouvoir lui sont devenus un shoot indispensable. Qu'a-t-il été faire dans cette galère politico-médiatique? Erreur de casting, erreur de parcours. Il doit sérieusement penser à son avenir proche.

Il a un temps présidé le Rugby Club Narbonne Méditerranée, de 1997 à 2001. Envisagerait-il un retour possible dans le management sportif? «Narbonne, j'y suis allé pour Havas, parce que nous avions racheté ISL et que je devais mouiller le maillot pour montrer que nous n'étions pas des spectateurs, mais des acteurs du business sportif», précise Alain de Pouzilhac. Qui insiste: «Mon lien affectif avec Narbonne était secondaire. S'il n'y avait pas eu d'intérêt pour ISL, je ne me serais pas engagé dans la présidence du club.»

Ses passions sportives, il est vrai, sont ailleurs. Football, tennis et volley constituent son triathlon personnel. C'est le terrain de l'affrontement physique et des plus belles colères. «Le meilleur moyen de le faire sortir de ses gonds, c'est de le battre au tennis», confie Édouard de Pouzilhac. Qu'on se le dise: la défaite est inacceptable pour Alain de Pouzilhac. «Parce que c'est quelqu'un de fondamentalement indépendant, qui défend ses convictions et ses engagements», commente Édouard de Pouzilhac.

Autre hypothèse à faire valoir auprès de la branche Medef de Pôle emploi: le retour aux fondamentaux. Peugeot, Darty et d'autres auront toujours besoin d'arquebusiers qui montent au front et ne lâchent rien. De teigneux capables de galvaniser un bataillon de soudards. Reste la part méconnue du sensible, le fil d'Ariane tissé par Saint-Exupéry: «Le rêve, le réel et la part inconnue du destin.»

Envoyer par mail un article

Attendu au rebond

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.