MARKETING COMMUNICATION MEDIAS
Marques
Agences
Médias

Date de parution :


Plan de la rubrique Médias
Voir les dossiers Médias
Votre Flux Rss Stratégies Médias

«Ils veulent tous des images de combats»

Communication militaire

13/03/2013 -

Le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées, estime que les médias «ont cherché à faire des images qui n'existaient pas».

© Kenzo Tribouillard/AFP

Que répondez-vous aux accusations de «Grande Muette» et de verrouillage de l'information?

Thierry Burkhard. Nous gérons la communication opérationnelle. Elle a pour impératif qu'aucune information ne puisse nuire au succès des opérations et, in fine, à la sécurité des soldats français. C'est une responsabilité assez lourde que la «secops», autrement dit la sécurité des opérations. Les ordres sont diffusés sur un réseau confidentiel, nous prenons des mesures pour que l'adversaire ne puisse pas s'apercevoir de notre stratégie. Il s'agit également de faire en sorte que l'ennemi ne comprenne pas ce qu'il va se passer à cause de ce que pourrait dire un média. Dans la conquête de la vallée de l'Amettetaï, dans le Nord du Mali, où il y avait les Français au sud et les Tchadiens à l'est, ce qui a fait basculer la bataille, c'est d'avoir avancé en secret un troisième pion qui est arrivé par le Nord, s'est infiltré à pied, a tronçonné le dispositif ennemi et provoqué la panique. Si un média avait donné cette information, cela aurait pu faire capoter la manœuvre. Les journalistes ne sont pas malintentionnés, mais ils ne se rendent pas toujours compte de ce qu'il transmettent vers l'extérieur.

L'information est-elle une réelle menace? De quelle manière peut-elle profiter aux djihadistes?

T.B. Une information qui n'aura pas beaucoup de conséquences pour un citoyen normal en aura pour un ennemi, qui une capacité d'analyse supérieure et qui peut en bénéficier. N'oublions pas que ces gens-là s'informent par Internet et les médias. Ce sont leurs moyens de renseignement. Lorsque nous avons regroupé une dizaine d'avions à Abidjan, un passage satellite aurait montré à un pays du pacte de Varsovie qu'il se passait quelque chose. Eux ne peuvent pas profiter de ces moyens. Mais un journaliste qui filme à Ségou et dit qu'il vient de voir passer 30 véhicules de l'avant blindé (VAB), cela se traduit en termes militaires par «nature, volume attitude» et c'est comme cela qu'on fait un compte rendu de renseignement.

Mais il faut bien informer la population française!

T.B. C'est mon deuxième impératif. Une opinion publique qui ne comprend pas ce qu'on fait ne peut pas soutenir l'opération. Elle peut même se laisser manipuler par une communication adverse. Il faut donc faire en sorte que la manœuvre ne soit pas traduisible par l'adversaire. Sur une ligne Bamako-Ségou, il y a deux axes d'attaque possibles: Gao ou Tombouctou. Si le journaliste se poste à 5 km avant Ségou et annonce que la colonne VAB va en direction de Ségou plutôt que vers Tombouctou, est-ce que cela change quelque chose, même si c'est moins précis? C'est ce que nous devons faire comprendre aux journalistes. Certains mentionnent d'ailleurs clairement que l'armée leur a demandé de ne pas dire où ils étaient.


Page 1/2

Sur le même sujet :
La drôle de guerre sans images
L'intervention militaire au Mali a donné lieu à un nombre impressionnant de reportages «embedded». Les télés ont-elles joué le rôle d'auxiliaires de communication de l'ar ...
Le retour du Tintin de guerre
Leur reportage au long cours, qui inclut vidéos, cartes interactives, port-folio et papiers longs, publié du 27 au 30 mai, a eu un retentissement mondial sur fond de...
Photojournalisme, la guerre est déclarée
Le regard a la transparence des ruisseaux qu'il aime à photographier, dans la campagne du Somerset. Mais le noir et blanc des clichés de Don McCullin, 78 ans, paraît...
... Stéphane Meunier
AprèsLes Yeux dans les Bleus,j'ai été contacté par plusieurs maisons de production pour faire des publicités avec des footballeurs. J'ai accepté celle-là parce...
La famille Skyrock se fâche avec son tuteur Axa
Dehors, une cinquantaine de jeunes, filles et garçons, survêtement et polo, gravite autour du 37 bis, rue Greneta à Paris. Nous sommes vendredi 14 avril dans...

Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Plus d'informations sur Stratégies.fr

Mots-clés :

Thierry Burckhard

Dans l'annuaire des agences et prestataires :
Change

Formations :

 
 
STRATÉGIES EN NUMÉRIQUE
 
RENDEZ-VOUS PARTENAIRE
Communication, production, journalisme : la grande convergence.
Explosion et hybridation de la production de contenus dans les médias : le phénomène qui bouleverse durablement les métiers ...
 
STRATEGIES SUMMIT
 
Annuaires professionnels en ligne


NOUVEAU Les Guides avec une version digitale
 

 
 
STRATEGIES SERVICES