Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

internet

Trooclick détecte l'intox

28/11/2013 - par Anaïs Richardin

Cette start-up française se lance dans un vaste chantier: la fiabilisation de l'information sur Internet. Récemment intégrée à l'incubateur de BPI France, elle commercialisera son application au premier trimestre 2014.

Seules 40% des internautes estiment que les informations publiées sur internet sont fiables. Un score plutôt faible, observé par l'Ecole de journalisme américaine Annenberg que Trooclick, une start-up qui fête tout juste ses un an, entend bien améliorer. «Notre module vise à fiabiliser l'information délivrée sur le Web, explique Stanislas Motte, dirigeant et cofondateur de l'entreprise. De la même manière qu'il est propre en virus, on aimerait qu'il le soit en informations incorrectes ou erronées.»

Créée par quatre entrepreneurs, l'entreprise édite une application qui s'ajoute à toute page internet (blog, site internet, réseau social etc.) et permet d'évaluer le taux de fiabilité de l'information affichée. Pour déterminer ce score, 36 critères éditoriaux ont été identifiés par les équipes de Trooclick qui travaillent depuis un an à l'optimisation de l'algorithme qui repose sur l'intelligence artificielle et la "web-sémantique". Pour déterminer ce taux, cet algorithme se base aussi bien sur la source de l'information que sur l'usage du conditionnel ou l'existence d'incohérences et d'articles contradictoires.

A l'assaut de la finance

Mais le plus important pour l'internaute n'est pas ce seul indicateur, ce sont «les explications de ce taux, qui permettent à l'utilisateur de se faire son propre jugement et de comprendre ce qui est incorrect dans l'information qu'il lit», développe Stanislas Motte. Une fonctionnalité essentielle pour contrer les raccourcis journalistiques et autres omissions, qui dévaluent la qualité de l'information délivrée.

Pour ce lancement, les fondateurs ont sorti 620 000 euros de leur poche, un investissement rendu possible par la vente de Diora News, une agence de presse créée par une partie de l'équipe de Trooclick. En pleine levée de fonds, il sont également soutenus depuis le début de l'année par BPI France, qui les a aussi sélectionnés pour intégrer son incubateur inauguré mi-novembre.

Une première version d'usage devrait être disponible le 16 décembre mais la solution ne pourra être commercialisée qu'en 2014, tout d'abord en langue anglaise, via un abonnement mensuel oscillant entre 10 et 50 dollars.

Avant de se lancer sur l'information grand public, Trooclick a décidé de séduire une cible particulièrement friande d'informations rigoureusement exactes: les métiers de la finance. Ses équipes s'attaqueront ainsi en premier lieu aux introductions en Bourse, puis aux fusions et acquisitions avant de traiter les lancements de produits d'ici fin 2014. A terme, Trooclick pourrait se développer sur l'e-commerce avec une vérification des avis clients et même devenir un adjuvant pour journalistes.

Envoyer par mail un article

Trooclick détecte l'intox

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.