Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'actu vue par...

Emmanuel Hoog (AFP) : « Pas de démocratie sans journalisme fort »

15/03/2018 - par Amaury de Rochegonde

L'actualité de la semaine vue par Emmanuel Hoog, PDG de l’Agence France Presse.

La guerre entre TF1 et Orange ou Canal autour de la rémunération des chaînes gratuites.

Cela questionne l’ensemble de la chaîne de valeurs. Si la chaîne est gratuite, c’est qu’elle a des contreparties en termes de production. C’est la question de la valeur des contenus qui est posée dans un monde où les pouvoirs de régulation ont explosé. Le producteur de contenus, que je suis, ne peut trouver qu’une certaine légitimité à ce qu’un autre producteur de contenu demande du revenu s’il a le sentiment que de la valeur se fait sur cette base. Mais est-ce que le vrai combat est entre télécoms et chaînes gratuites ? Quand on considère l’information, les droits sportifs et le fait qu’on a du mal à sortir de grandes fictions mondiales, le point commun, ce sont des Gafa qui récupèrent tout ou partie de la valeur. Cela pose des questions fiscales, de régulation et de chronologie des médias. Je suis très surpris qu’on laisse ainsi un duopole [Google, Facebook] accaparer la valeur. Cela fait dix ans que c’est criant, évident…

La loi sur les fake news en préparation.

C’est inévitable au vu de la guerre de l’information sur internet. Des Nations ont décidé de réarmer leurs dispositifs d’information pour des raisons géopolitiques. Il y a une lutte d’influence. L’Afrique est ainsi stratégique. Il y a plusieurs offres de textes, photos et vidéos produites en français et des capacités de dissémination offertes par les Gafa…


92% des Français jugent le journalisme utile, selon un sondage réalisé pour les Assises du journalisme.

C’est rassurant et important. Car il n’y a pas de démocratie sans un journalisme fort, indépendant et bien portant. Or, les attaques économiques mais aussi publiques contribuent à fragiliser une profession qui ne mérite pas l’image souvent dégradée qu’on lui accole. Le débat sur la désinformation, sur la manière dont nos débats peuvent être massivement et intentionnellement biaisés à travers les réseaux sociaux, ouvre un espace formidable de relégitimation du métier et des valeurs du journalisme.

 

Le Média remet en cause l’authenticité des images diffusée sur la Ghouta orientale.

Christian Chaise, directeur régional de l’AFP Moyen-Orient, a répondu. On passe notre temps à vérifier avec un desk photos et vidéos basé à Nicosie. On sait tracer les appareils photos, on connaît tous les circuits de distribution. Il y a d’ailleurs des risques psychosociaux pour les journalistes qui voient des horreurs toute la journée et sont obligés de faire le tri en apportant une validation éditoriale.

 

Votre candidature à un nouveau mandat à la tête de l’AFP.

L’enjeu était de construire une offre vidéo, élément central et le plus dynamique du secteur de l’information, à moyens constants. Cette offre existe désormais mais il faut la faire vivre. Il y a 200 chaînes abonnées à l’AFP vidéo, l’idée est de multiplier ce chiffre par deux ou trois pour devenir le premier fournisseur de vidéos d’information en Europe. Depuis deux ans, nous développons aussi des live vidéos… Il faut continuer. L’autre sujet, après le mobile first, c’est l'IA first. On est en train de construire une offre sur mesure, par briques, et d’automatiser une partie de la production sur des grands flux de data. Sur les données financières ou sportives, l’intelligence artificielle peut prendre en charge une partie de la capacité d’analyse. Bien sûr, cela doit se faire sous contrôle éditorial et je n’ai pas de sujet sur le nombre de journalistes à l’agence. Le grand enjeu de demain, c’est l’interfaçage multi-usages. Nous avons ainsi un contrat avec Volkswagen en Allemagne pour passer du texte à la voix.


La décision de l’Élysée de retirer de l’enceinte du Palais le bureau des agences de presse.

Cela a provoqué une vive émotion au sein de l’agence. Une réaction légitime. Cela doit être aussi compris dans un contexte plus large qui est la volonté de l’exécutif de revoir ses relations avec les journalistes. Est-ce simplement un sujet d’emplacement de bureau ? Cela vient après des quinquennats où la relation était différente, où le off était plus présent, plus assumé et l’accès aux sources, facilité. Il y a une dimension à la fois symbolique et professionnelle. Une demande a été faite à lÉlysée par quatre grandes agences, dont l’AFP, pour traiter et avancer sur ce sujet.

Envoyer par mail un article

Emmanuel Hoog (AFP) : « Pas de démocratie sans journalisme fort »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.