Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

500 agences et médias

Classement des médias : l'année des contrastes

27/11/2018 - par Amaury de Rochegonde

Alors que le leader, Canal +, subit une légère baisse de chiffre d’affaires, les groupes JCDecaux, TF1 et M6 confortent leur position en 2017.

C'est un paradoxe qui se répète d'année en année mais qui apparaît criant sur le bilan de l'année 2017. La présence des Gafa sur l'écosystème des médias n'apparaît pas en positif, à travers les recettes qu'ils engrangent sur le marché publicitaire français, mais en négatif à travers la ponction qu'ils opèrent sur la quasi-totalité des acteurs. En raison de ressources volontairement sous-déclarées en France pour des raisons fiscales, on ne peut donc mesurer les effets sur le paysage médiatique des géants du web - Google, Facebook, Netflix ou Amazon - qu'à travers les baisses ou les stagnations de chiffre d'affaires de la plupart des groupes médias. « Il n'est pas un acteur qui n'ait été impacté par le rôle dominant qu'ils jouent sur le secteur », note Jean-Clément Texier, spécialiste des médias et président de la Compagnie financière de communication.

Lourds foyers de perte

Longtemps, la presse écrite en a été la principale victime. C'est bien sûr encore le cas même si des groupes comme Le Monde ou Le Figaro semblent tirer leur épingle du jeu grâce à leur diversification ou leur développement. Le Crédit mutuel-Ebra, qui cumule sur ses titres 500 millions d’euros de chiffre d’affaires [CA], enregistre de lourds foyers de pertes avec L’Est Républicain (-16 millions d’euros) et Le Progrès (-10,5 millions). Son avenir est désormais entre les mains de Philippe Carli. De son côté, le groupe LVMH fait aussi face à une situation alarmante au Parisien (-24 millions), et l’augmentation de chiffre d’affaires du groupe Les Echos (+3,9 %) n’empêche pas un résultat net déficitaire (-6,6 millions). Quant à Mondadori, il a tiré les leçons d’une baisse de revenus sensible (-7,5 %) en engageant un processus de vente à Reworld Media.
Mais la nouveauté vient sans doute de la fragilisation d'empires tricolores comme Lagardère, Canal+ ou Solocal qui subissent de plein fouet la concurrence en France d'un Google, Facebook ou Netflix. L'ex numéro un mondial des magazines (–4,7 %) est en passe de céder la plupart de ses titres pour se concentrer sur Europe 1, le JDD et Paris-Match. Solocal supprime mille emplois après -5,8 % en CA. Et le groupe de télé payante enregistre pour la première fois une légère baisse de chiffre d’affaires (-0,1 %), la croissance de ses abonnements à l'international ne parvenant pas à compenser la baisse des revenus dans l’Hexagone.

 

Quelques fleurons

Heureusement qu'il reste quelques fleurons. Dans l’audiovisuel, on notera la bonne année des groupes TF1 et M6 tant en rentabilité qu’en chiffre d’affaires, ce dernier bénéficiant de l'intégration de RTL. Le groupe Infopro Digital, qui affiche 440 millions de chiffre d'affaires, présente aussi de belles rentabilités, notamment sur Le Moniteur. Uni-Médias, du Crédit agricole, atteste que l’attrition n’est pas une fatalité dans la presse et l’édition. Enfin, le groupe JCDecaux – dont le premier marché est la Chine - conforte sa place de deuxième du classement en poursuivant sa hausse de CA. « C'est une trajectoire longiligne exceptionnelle, relève Jean-Clément Texier, fruit d’un engagement international et d’une gestion familiale ». Les groupes publics, par contraste, ne dégagent pas les marges leur permettant de se « réinventer » pour assurer leur développement.

Envoyer par mail un article

Classement des médias : l'année des contrastes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.