Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Management

Freelance, télétravail et isolement : les chiffres

04/06/2019 - par TP

Parmi les enseignements de ce baromètre réalisé par l’Ifop pour la foncière SFL, les entreprises ont tout intérêt à favoriser les interactions « IRL » entre salariés, à condition de les limiter ente 3 et 10 interlocuteurs par jour.

Travailler en freelance ou en télétravail peut générer un sentiment d’isolement vis-à-vis de ses collègues. Une fois la porte ouverte enfoncée, encore faut-il quantifier le phénomène. C’est ce qu’a fait l’Ifop dans une étude pour SFL, un acteur de l’immobilier de bureau qui a, soulignons-le, a intérêt à mettre en avant les bienfaits du travail en bureaux.

Parmi les enseignements de ce baromètre mené avec Paris Workplace auprès de 1600 personnes via 90 questions:

• L’isolement au travail est le mal du siècle : 26 % des salariés interrogés se disent souvent isolés et donc plus stressés, moins performants et moins fidèles à leur entreprise.
• Le télétravail favorise le sentiment d’isolement : 36 % des télétravailleurs ont ce sentiment contre 19 % pour les autres, et affecte lourdement la crainte d’être licencié (24 % contre 8 %). À noter que 4 franciliens sur 10 télétravaillent au moins une fois par semaine (hors du lieu de travail).
• Trop de téléphone et de mails coupent les salariés du monde. Il faut se parler, dit l’étude. Seuls les échanges physiques, en face à face, réduisent le risque d’isolement, qui est divisé par deux quand on parle à plus de trois collègues en face à face dans la journée. A contrario, l’augmentation des échanges par mail, messageries ou téléphone, ne permettent pas de sortir un salarié de l’isolement. Au-delà de 20 interactions par mail par jour, le sentiment d’isolement se renforce.
• Trop de relations tue la relation. Il existe un juste niveau de relations, situé entre 3 et 10 interlocuteurs par jour. Passé un certain seuil (20 collègues / jour), la multiplication des interactions a des effets indésirables : source de stress, de tensions entre collègues, et de perte de performance.
• Pour plus de bien-être au travail, surprise : il vaut mieux avoir des collègues sympas qu’un gros salaire. La qualité des relations a aussi un effet spectaculaire sur le sentiment de bien-être au travail, beaucoup plus par exemple que le niveau de rémunération, qui ne joue qu’à la marge dans le bien-être perçu.
• Le bureau, espace social d’abord, espace de travail après : les salariés viennent au bureau d’abord pour « la vie sociale avec leurs collègues » à 42 %. C’est la première raison citée, avant même le fait de « travailler efficacement ». Les critères favorisant le plus la fréquence des relations sont : la présence de bureaux partagés (2 à 6 personnes), la présence d’espaces de convivialité, la présence d’espaces de travail collaboratifs.
• 82 % des travailleurs utilisent des open spaces et des bureaux partagés.
• Les jeunes sont davantage sensibles à l’empiètement du travail sur leur vie privée.

Envoyer par mail un article

Freelance, télétravail et isolement : les chiffres

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.