Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Le service public simplifie ses Cinep

17/03/2000

France Télévision Publicité modifie son système de vente d'espace par adjudication (Cinep), sans convaincre l'UDA.

«La maison ne s'écroule pas», rassure d'emblée Philippe Santini, directeur général de France Télévision Publicité, histoire de mettre fin aux rumeurs sur l'arrêt de la vente d'espace par adjudication lancée le 15novembre. Carat a ainsi qualifié ce système de«compliqué, lourd et pas transparent», pour conclure:«C'est un échec».«Le système fonctionne, mais il n'est pas à la hauteur de nos espérances, concède Philippe Santini.Pour autant, je ne suis pas inquiet. Notre filiale Mediaexchange compte 57annonceurs et 90% des centrales accrédités.»Et d'ajouter:«Si l'expertise se déplace chez nous, on peut comprendre que cela gêne certaines agences médias. Je constate simplement que, grâce à Internet, il est possible de rendre une fluidité au marché.»Cependant, la régie n'est pas restée sourde aux demandes du marché publicitaire. Depuis la clôture de la cinquième adjudication, le 17janvier, elle a organisé des tables rondes avec les agences médias et fait réaliser une étude qualitative auprès d'annonceurs. Et elle a décidé de simplifier. Ainsi, les adjudications, qui reprendront le 21mars, auront désormais lieu six semaines avant diffusion et porteront chacune sur une offre d'écrans hebdomadaire (et non plus mensuelle).«Nous sommes ainsi plus proches de l'offre de programmes et des constructions de plans», expli-que Pascal Besson, nommé depuis peu directeur général de Mediaexchange. Des écrans de durées différentes seront également introduits à l'offre ainsi que de nouvelles tranches horaires, sans que ce système soit appliqué à plus de 5% de l'offre totale. En revanche, les ventes en bloc (macro-Cinep) sont supprimées, tout comme les écrans non sectorisés. Idem pour le prix de réserve fixé a priori. Seul le prix plancher est maintenu. Le principe, qui nécessitait jusqu'ici l'ouverture d'un compte auprès de la seule banque OBC, va être étendu à d'autres établissements. En outre, les emplacements préférentiels dans les écrans vont être attribués, à titre expérimental, selon un dispositif d'enchères classiques. Enfin, pour Roland Garros, cinq écrans pourront être acquis jusqu'à un jour avant diffusion.

Un projet contesté

En dépit de ces évolutions, l'Union des annonceurs (UDA) a envoyé un courrier à ses adhérents leur deman- dant de«maintenir leur opposition à ce projet».«Des modifications techniques vont avoir lieu. Dont acte, nous a indiqué Didier Beauclair, directeur des médias de l'UDA.Mais nos réserves subsistent : le système se fait toujours à l'aveugle et il ne devrait concerner que des écrans exceptionnels.»Bref, le bras de fer continue.

Envoyer par mail un article

Le service public simplifie ses Cinep

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies