Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

DROITS SPORTIFS

Les radios passent à la caisse

07/04/2000

Après les chaînes TV, les stations de radio vont-elles entrer dans l'engrenage des droits de retransmission des événements sportifs?

Mercredi 29mars, l'équipe de France de football bat celle d'Ecosse, 2 à 0. Dans les tribunes du National Stadium de Glasgow, les reporters des radios françaises s'en tirent bien, une nouvelle fois. Malgré les pressions, aucune station hexagonale n'a acquitté les 80000F de droits de retransmission réclamés par la Fédération écossaise de football. Depuis plusieurs mois, les stations sont confrontées aux demandes incessantes des organisateurs d'événements sportifs, en particulier dans le football, la Formule1 et le tennis. Si les Italiens, les Allemands et les Britanniques y sont déjà contraints, les Français, pour l'instant, ont réussi à y échapper.«Ce sujet revient sur le devant de la scène,constate Jacques Bonheur, administrateur des affaires internationales à Radio France.L'Union européenne de radiodiffusion avait demandé à l'UEFA que ces droits n'excèdent pas 1500francs suisses[environ 6200francs français].Mais de nombreux clubs demandent beaucoup plus. Pour un match international, le tarif s'élève généralement de 10000 à 30000 francs.»Si plusieurs radios étrangères ont déjà cédé, les stations françaises ne l'entendent pas de cette oreille.«C'est une atteinte au droit à la libre information,estime Edouard Dor, président de Sport O'FM.Les radios sont dans la même situation que la presse écrite.»Pour les opérateurs français, les retransmissions radios ne participent pas au spectacle.«Nous faisons de l'information»,précise Jacques Bonheur. Cependant, certains présidents de clubs de football français aimeraient imiter leurs homologues étrangers.«Il y a une totale dérive du droit à la libre information,s'emporte Patrick Proisy, président du Racing Club de Strasbourg.Un commentaire en direct, c'est du spectacle, surtout s'il est - et c'est souvent le cas-agrémenté de la présence d'un consultant et d'un service interactif sur Internet.»

Clarifications demandées

L'ancien tennisman critique ainsi les services supplémentaires produits par les radios, sources de revenus pour les opérateurs.«Cela me gêne que les médias fassent de l'argent sur le dos de l'information,ajoute- t-il.Le gouvernement doit clarifier tout cela.»Bien qu'elles ne soient pas contre le paiement de frais techniques couvrant l'installation de cabines de commentateurs dans les stades, les radios françaises semblent déterminées à ne pas céder. Il leur faudra continuer à rester solidaires entre elles.

Envoyer par mail un article

Les radios passent à la caisse

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W