Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

Jusqu'où iront CLT-Ufa et Pearson?

14/04/2000

De la fusion des activités audiovisuelles de Bertelsmann et Pearson naît un géant de la TV européenne. Cette alliance pourrait aller plus loin.

La fusion entre la CLT-Ufa et Pearson TV ne constitue pas une surprise. Les deux groupes se connaissent bien. Ils sont déjà partenaires de Channel 5, la dernière chaîne hertzienne britannique, et de RTL-Klub, en Hongrie. En annonçant, le 7avril, la création du premier groupe audiovisuel européen (devant Canal+, KirchMedia et BSkyB), avec un chiffre d'affaires de 25milliards de francs pour un résultat avant impôt de 3milliards de francs, les deux groupes répondent à une logique implacable. Avec ses vingt-deux chaînes de télévision (dont M6 en France) et ses dix-huit stations de radio (dont RTL, RTL2 et Fun Radio), la CLT-Ufa se présente comme un diffuseur puissant, mais comme un producteur de taille moyenne. À l'opposé, Pearson TV est avant tout l'un des premiers producteurs européens (avec un catalogue de plus de 17000heures), hormis en France où sa présence est faible.

Rivaliser avec les majors

RTL Group, nom présumé du nouvel ensemble (1), bénéficie ainsi d'une stature qui le rend capable de résister aux majors américaines, voire d'aller les inquiéter chez elles. Ces développements seront mis en place conjointement par Didier Bellens, proche d'Albert Frère et directeur général du nouveau groupe, et Richard Eyre, ex-directeur de Pearson TV, qui devient directeur des programmes et de la stratégie. Pourtant, cette opération pourrait annoncer d'autres mouvements. Quelle sera par exemple l'attitude de Telefonica, actionnaire minoritaire de Pearson Plc, qui a décidé six augmentations de capital, pour un montant total supérieur à 70milliards de francs? De quoi acheter quelques beaux poids lourds audiovisuels, et pas seulement la société de production Endemol, comme il l'a fait il y a quelques semaines. Cette fusion pourrait aussi avoir des répercussions dans la presse. Le rapprochement des journaux de Pearson(Financial Times, Les Échos,etc.) et de Bertelsmann (Gruner + Jahr, maison mère de Prisma Presse) permettrait de rivaliser avec la puissance du groupe Hachette Filipacchi Médias. Reste le cas de Canal+. Dès l'annonce de la fusion, Bertelsmann s'est empressé d'appeler à une«coopération plus intensive»avec le groupe de Pierre Lescure. Une déclaration assez vague, dont la vocation consiste sans doute davantage à souligner que cette fusion n'est pas hostile à l'égard de Canal+... (1) À terme, RTL Group sera détenu par Bertelsmann (37%) - allié au groupe de presse allemand WAZ -, le groupe Bruxelles Lambert (30%) et Pearson (22%), les 11% restants ayant vocation à être introduits à la Bourse de Londres d'ici à la fin de l'été.

Envoyer par mail un article

Jusqu'où iront CLT-Ufa et Pearson?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.