Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

Grand angle sur la presse photo

09/06/2000

La presse photo semble en plein renouveau après une décennie de crise. Pourtant, les ténors du secteur restent sceptiques sur le succès des nouveaux venus...

La presse photo serait-elle en train de vivre une nouvelle ère? Peut-être bien. Entre le 18avril et le 15mai, trois nouveaux magazines ont tenté l'aventure du kiosque:Pour «Voir»,De l'airetl'Insensé photo. En mars dernier, le plus ancien journal du secteur, créé en février1910,Le Photographe(Emap), revoyait sa formule, ajoutant 16pages et baissant son prix de 45à 30francs, pour élargir sa cible de professionnels aux «amateurs experts». Si l'on ajoute les trimestriels à diffusion plus confidentielle que sontPhoto Nouvellesou encoreVera Iconica,lancés l'an dernier par des ténors du secteur, cet univers de presse semble susciter bien des vocations.

Peu médiatisée

Il faut dire que la dernière décennie lui avait été fatale. Nés dans les années 70et80, pendant lesquelles la photographie avait connu un véritable engouement, les magazines se sont éteints les uns après les autres. «L'année de notre création, en 1992, ont disparuPhoto magazine, Photo reporter, Zoom,des titres importants pourtant», se souvient Sylvie Hugues, rédactrice en chef du mensuelRéponses Photo(Emap), seul des trois magazines inscrits à l'OJD en progression en 1999 (voir tableau). Depuis, le terrain était resté inexploré. «La photo n'est plus à la mode,poursuit-elle.73% des personnes interrogées dans le sondage Ipsos que nous publions dans notrenumérique, peut-être connaîtra-t-elle un nouvel attrait, mais les lecteurs se tourneront plutôt vers la presse informatique qui traite aussi de cette nouvelle technique.»Pessimiste, Sylvie Hugues? «Le marché de la presse photo va mal. Si nous nous en sortons, c'est en variant notre contenu éditorial et grâce à un créneau qui marche bien: le noir et blanc. Mais le culturel en photo ne marche pas.» C'est pourtant sur ce créneau que se créent les titres. «Le public de la photo est de plus en plus large. Les expositions ont du succès et on note un engouement pour l'édition, sans parler des ventes de photos de plus en plus nombreuses et qui atteignent des prix comparables à ceux du marché de l'art,remarque Lionel Déchamps, fondateur et directeur de la publication dePour «Voir».Mais il n'existait plus de presse pour montrer la photo.» Même constat de la part d'Élisabeth Nora, fondatrice deL'Insensé: «Le public commence à avoir une culture photographique. Les collectionneurs, les galeries spécialisées offrent un nouveau regard, repris dans les médias. Ce qui sensibilise le public

Des créneaux très pointus

Les ténors du secteur, eux, restent sceptiques.«Le positionnement choisi par ces nouveaux titres est très difficile. Certes, l'intérêt pour l'image croît depuis une dizaine d'années, mais ce nouveau public n'achète pas de revues photo»,annonce brutalement Bernard Perrine, rédacteur en chef dePhotographe.Sans parler d'un marché publicitaire inexistant, surtout lorsque le titre ne s'intéresse pas aux produits et à la technique.De l'airest tout de même en régie chez Médias&Supports. Quant àPour «Voir», il la cherche encore.«Ces créations de magazines sont plutôt dues à un phénomène de recyclage, car il y a peu de nouveaux venus sur ce secteur»,estime Ronan Loaëc, rédacteur en chef du leader du segment,Chasseur d'images,en osant poser la question clé:«Quel peut être l'intérêt d'un lecteur pour un journal uniquement d'image?»C'est d'ailleurs l'argument avancé par le bimestrielDe l'airpour refuser le classement en presse photo. «De l'airest un magazine d'informations générales, qui utilise la photo comme un moyen d'informer»,explique Stéphane Brasca, son fondateur et rédacteur en chef, ancien deDS.«Tout y est traité par le reportage, ce qui implique une écriture et une photographie particulières, sans faire la part belle à l'actualité à laquelle l'information ne doit pas se réduire.»Un positionnement original et inclassable, qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives dans la presse. Si le titre marche...

Envoyer par mail un article

Grand angle sur la presse photo

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.