Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

RADIO

Le dernier chantier de Jean-Marie Cavada

01/09/2000

Avec la création de France Bleu, le président de Radio France peut se tourner vers d'autres horizons.

Le nouveau réseau national France Bleu constitue l'événement de la rentrée 2000 de Radio France. Officiellement lancée lundi 4 septembre, la radio s'installe comme la troisième offre du service audiovisuel public derrière France Inter et France Info. Fidèle au plan de la même couleur, France Bleu, qui cible les plus de 40ans, fédère sous une marque commune Radio bleue et les trente-huit stations locales de Radio France, qui seront cinquante-cinq d'ici à quatre ans. À cette date, la station couvrira 80% du territoire.«Il y avait des coïncidences de publics entre les deux radios,indique Jean-Marie Cavada, président de Radio France.France Bleu est un réseau monté sur le système de la syndication. L'ensemble aura une forte musicalité et donnera une place essentielle à l'information locale.»Des chartes graphiques et d'antenne harmonisent le ton sur l'ensemble des stations. Celles-ci diffusent une grille propre entre 7h et 19h, mais gardent néanmoins la possibilité «d'accrocher» à toute heure le programme national réalisé à Paris.«La réussite de France Bleu est inscrite dans les faits,poursuit Jean-Marie Cavada.Nous démarrons avec une audience nationale située entre 6 et 7%. L'objectif est d'approcher les 8%.»France Bleu constitue le dernier chantier du président de Radio France, en poste depuis vingt mois.«Aujourd'hui, j'ai rempli l'essentiel de mes tâches,souligne-t-il.Avec mon équipe, nous avons lancé la modernisation technologique des antennes et contribué à la rénovation sociale de Radio France. Nous nous sommes également intéressés à la direction musicale. France Bleu faisait partie du dossier de mise en autonomie des chaînes.»De là à penser que Jean-Marie Cavada a déjà la tête ailleurs et convoite la présidence du CSA, libre en janvier 2001, il n'y a qu'un pas.«Si un jour quelque chose m'est indiqué, je verrai si cela me convient et je ferai ce que j'ai à faire,relève l'intéressé.Je suis un homme de réformes, pas un homme statique.»

Envoyer par mail un article

Le dernier chantier de Jean-Marie Cavada

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.