Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

NUMÉRIQUE

TPS promet une année offensive

03/04/1998

Pour sa deuxième année, la stratégie du bouquet repose sur deux priorités: le lancement de nouvelles chaînes et une amélioration de son image.

TPS ne désarme pas. Bien au contraire. L'année 1998 devrait le prouver, puisque le bouquet aborde sa deuxième année avec«une dynamique de création de nouveaux contenus»,selon son directeur général, Cyrille du Peloux. Alors que CanalSatellite a multiplié les lancements en 1997, TPS, qui n'a pas enrichi son offre de chaînes depuis le lancement d'Histoire l'été dernier, est bien décidé à montrer ses talents. Après M6 Music et Mezzo, la chaîne Régions, préparée par France3 et très attendue selon toutes les enquêtes, sera ainsi lancée en mai. Avant la fin du semestre, TPS accueillera encore Infosport, une déclinaison tout en images de l'actualité sportive. Préparée à 100% par TPS, elle constitue la réponse directe à la chaîne de sport préparée parL'Équipeet Canal+, laquelle sera en exclusivité sur CanalSatellite. Parallèlement, Superfoot 98 proposera une couverture complète de la Coupe du monde de football et deux chaînes de téléachat, conçues par TF1 et M6, feront leur apparition.«TPS connaîtra probablement aussi un autre lancement important au cours du second semestre»,annonce encore Cyrille du Peloux. Toutes ces créations s'inscrivent dans la philosophie qui guide TPS depuis l'origine.«Nous conservons l'idée d'une offre simple et globale sur une cible familiale,indique son directeur général.Notre stratégie marketing ne consiste pas à viser des niches, mais à lancer de vraies nouveautés. Nous revendiquons une grande richesse de contenus, même si nos chaînes sont certes moins anciennes que celles de CanalSatellite.»Enfin, rien ne dit que certaines chaînes, actuellement en exclusivité sur le bouquet concurrent, ne changent pas de statut. À titre d'exemple, l'exclusivité de Disney Channel s'achève à la fin 1998.«Tout nous intéresse»,signale sans plus de précision Cyrille du Peloux.

Six agences en compétition

Au-delà des contenus, le bouquet, dont la marque est encore jeune, est également bien décidé à continuer la bataille sur le terrain de la communication.«Nous devons réfléchir à nos valeurs et créer désormais une image, sans pour autant renier la télévision»,souligne avec ironie Cyrille du Peloux. Cette réflexion vient de prendre la forme d'une compétition entre six agences. Australie, qui accompagne le bouquet depuis son lancement avec des scores performants, y est associée. Objectif: mettre en place la nouvelle campagne de communication télévisée de la prochaine rentrée. D'ici là, TPS n'arrête pas pour autant sa pression publicitaire. Depuis le 1er avril, deux spots de 20secondes, réalisés par Australie, ont envahi les écrans pour annoncer l'offre spéciale à 98francs par mois jusqu'à la fin de l'année. En mai, doit lui succéder une campagne sur l'offre complète, déclinée en presse TV, ainsi que des spots spécifiques pour le lancement de Régions. Fort d'un actionnariat stabilisé depuis la sortie de la CLT-Ufa et d'un taux de désabonnement qui serait inférieur à 9%, TPS joue donc pleinement son rôle de challenger face à CanalSatellite. Le bouquet, qui vient de dépasser les 400000foyers abonnés, en espère 600000 d'ici à la fin de l'année. De son côté, Canal+, qui revendiquait 870000abonnés à fin mars, pense dans le même temps franchir le cap du million d'abonnés. Un véritable symbole.

Envoyer par mail un article

TPS promet une année offensive

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.