Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien

Michèle Cotta : Nagui, c'est notre choix

19/01/2001

Vingt mois après son arrivée, la directrice générale de France2 remuscle la grille de la chaîne. Chantier prioritaire, l'access prime time, ébranlé par l'échec de Julie Snyder, est confié à Nagui.

Quel bilan souhaitez-vous tirer de l'année 2000 aujourd'hui? Michèle Cotta. La première satisfaction tient à l'audience, qui est quasiment stable par rapport à 1999 [22,3% contre 22,1%]. En valeur absolue, nous avons même grappillé quelques téléspectateurs. Ce succès est à mettre au bénéfice de nos programmes. Sur les quatre derniers mois, France2 est arrivée leader sur 27prime times, contre 19 sur la même période en 1999. En access prime time, regrettez-vous d'avoir misé sur Julie Snyder? M.T. Pas du tout. C'est notre mission de service public de donner leur chance à de nouveaux animateurs. C'est un luxe, certes, mais un luxe nécessaire. Sur l'access, nous avons pâti de la concurrence... Et il n'est pas question d'envoyer un «canon» face au19-20de France3. C'est pourquoi Nagui sera programmé en «préaccess» à 18h20,Qui est quiprenant la suite. Qu'est-ce qui vous a séduit dans le projet de Nagui? M.T.Tutti Frutti,sorte d'éphéméride ludique, mais pas trop nostalgique, nous a séduits par son originalité. Cela ne ressemble pas à ce que Nagui a fait jusqu'à maintenant... Autre point faible, l'information, notamment le 13heures, ne décolle toujours pas, malgré l'arrivée de Gérard Holtz en septembre... M.T. Nous n'attendions pas de miracle de Gérard Holtz, à qui je redis toute ma confiance. L'essentiel est moins la part d'audience que la crédibilité du journal. Sur ce créneau très concurrentiel, nous misons sur la complémentarité. Avec Premier rendez-vous, vous lancez le 24janvier la «real TV» sur France2... M.T. Adapté d'un format anglais(Blind Date)et francisé par Marie-France Brière,Premier rendez-vousfera se rencontrer deux jeunes de sexe et de milieu différents. Il sera programmé en fin d'après-midi le mercredi, juste avant Nagui. Notre objectif est d'entrer doucement dans la réalité de la vie des gens plus que de faire un coup d'audience. Bernard Pivot quittera-t-il France2 en juin 2001? M.T.Bouillon de cultures'arrêtera à cette date. Mais nous avons persuadé Bernard Pivot de rester sur France2. Dès janvier 2002, il animera chaque mois une émission culturelle consacrée au monde des idées... Quel sera l'engagement de France2 dans la production, en 2001? M.T. Nous avons investi cette année 983millions de francs soit 17,4% de notre chiffre d'affaires. C'est un gros effort, qui devrait se poursuivre en 2001, où nous dépasserons le milliard de francs... Où en sont vos discussions avec les organisations de producteurs? M.T. Les décrets d'application, actuellement en cours de validation, prévoient que nous renonçions à la part coproducteur et à la deuxième diffusion. Nous en verrons peut-être les premiers effets pervers dans deux ans. Contrairement à ce qu'espèrent les producteurs, je ne suis pas persuadée que cela fasse monter les prix de la fiction. Et il y aura des programmes qui vont se casser la figure, c'est certain... Quels sont vos objectifs d'audience pour 2001? M.T. Aucun. Il faut essayer de rester dans la lutte pour l'audience, mais pas à n'importe quel prix. Nous devons sans cesse jongler entre la volonté d'innover et la nécessité de rester fédérateurs. Tantôt on nous reproche de faire trop d'audience, de faire du TF1, tantôt on nous reproche de faire des «bides» avec des produits trop originaux. Le service public est un lieu de contradictions permanentes. Vous auriez, dit-on, les faveurs d'Hervé Bourges pour sa succession à la présidence du CSA... M.T. C'est beaucoup d'honneur que l'on me fait, mais c'est bien la première fois que le président du CSA désignerait son successeur. Ainsi qu'Hervé Bourges l'a lui-même rappelé, c'est le président de la République qui décidera...

Envoyer par mail un article

Michèle Cotta : Nagui, c'est notre choix

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.