Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

France Télévision: les bienfaits du holding

19/01/2001

Le holding France Télévision donne au groupe public un poids nouveau dans l'acquisition de droits. Il permet aussi de dégager un plan d'économies.

En décrochant les droits de la Coupe du monde de rugby (lire l'encadré ci-dessous), France Télévision peut mesurer les bienfaits de sa nouvelle taille. Le groupe tire en effet profit d'une direction commune des sports ainsi que du holding mis en place depuis la loi du 1er août dernier. Présidée pour cinq ans par Marc Tessier, cette structure coiffe depuis la rentrée France2, France3 et La Cinquième, ce qui permet au groupe France Télévision de conforter sa part d'audience à 40,7% en 2000 (contre 38,6% hors Cinquième en 1999). Et, comme le souligne Ghislain Achard, directeur délégué du holding public, une troisième antenne est utile pour négocier auprès des fédérations sportives. Elle place le groupe public en position de force face à des événements comme la Coupe du monde de rugby... ou Roland-Garros.

Des synergies non négligeables

Mais les atouts du holding France Télévision ne s'arrêtent pas là. Outre les directions communes (sport, international, études, affaires juridiques), le holding va permettre de générer plusieurs centaines de millions de francs d'économies dans les cinq ans. Si les synergies restent limitées en termes d'achats de programmes, selon Ghislain Achard, elles se révèlent non négligeables si l'on tient compte des investissements en informatique, de la publicité ou des recettes attendues, via France Télévision Distribution, sur la commercialisation de produits de La Cinquième (ventes à l'étranger, produits dérivés). Idem pour France Télévision interactive, qui devrait regrouper prochainement sous un même hébergeur les nouvelles versions des sites des trois chaînes. Quant au contrat de diffusion avec TDF, il est actuellement en cours de révision afin d'économiser une centaine de millions de francs par an.«La facture représente aujourd'hui 1,1milliard de francs sur 13milliards de francs de chiffre d'affaires,explique le directeur délégué.L'objectif est de l'abaisser de 10 à 15% d'ici à cinq ans.»Les économies d'échelle visent aussi le numérique hertzien. Actuellement, le groupe est en attente d'une dotation en capital de l'État de plus de 1milliard de francs. Elle devrait être acquise avant la fin du premier trimestre avec la signature de contrats d'objectifs et de moyens. Mais la capacité du holding public à s'engager financièrement dans ses projets de chaînes et les perspectives de synergies dégagées se révèleront déterminantes auprès de la tutelle.«Nous pouvons autofinancer pour un tiers nos projets de développement par des économies», souligne Ghislain Achard. Rien d'étonnant, dès lors, que la dizaine de chaînes régionales prévue par le groupe s'articule autour des infrastructures de France3. Ou que la future chaîne infos soit programmée à enveloppe salariale constante:«C'est une mission de service public,justifie Ghislain Achard. Quand on est salarié du groupe, on travaille dans le groupe.»À l'horizon de cinq ans, il est en effet prévu que les nouvelles chaînes ne tireront que 20% de leurs revenus de la publicité. Même si elles misent, d'ici là, sur l'ouverture de la publicité TV à la distribution.

Envoyer par mail un article

France Télévision: les bienfaits du holding

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies