Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

HFM se place chez Marie Claire

16/02/2001

Hachette Filipacchi Médias va prendre 42% du groupe Marie Claire. Les deux sociétés entendent d'abord unir leurs forces sur les marchés internationaux. En attendant...

Ma stratégie est claire: chacun vit sa vie en France et nous développerons le maximum de synergies à l'international en créant des sociétés communes pour aller à l'assaut des marchés étrangers.»Gérald de Roquemaurel, le PDG de Hachette Filipacchi Médias (HFM), minimise volontiers son entrée, en France, dans le groupe Marie Claire. En reprenant 42% du capital, HFM se dit d'abord intéressé par les perspectives internationales de l'accord. Il veut faire profiter Marie Claire des synergies avec ses filiales (une quinzaine) dans le monde, ou des douze bureaux de sa régie, Hachette Filipacchi Global Advertising. Une association qui se retrouvera sur le plan logistique: comme Hearst et Conde Nast, les deux groupes devraient unir leur force à l'international dans la distribution. Pour le reste, l'indépendance éditoriale deElleet deMarie Clairereste de mise:«Les meilleures synergies se font dans la concurrence,estime Gérald de Roquemaurel.Sinon, on supprime des talents.»En France, Hachette Filipacchi Médias se veut, en revanche, prudent. Le groupe restant détenu à 58% par le holding de contrôle d'Évelyne Prouvost, pas question de jouer les chefs d'orchestre. Exemple: si le groupe et sa régie, Interdeco, rêvent d'un couplage publicitaire entreElleetMarie Claire,ils doivent faire face à un refus poli d'Évelyne Prouvost, qui reste étrangement silencieuse depuis l'annonce de cet accord.«Nous sommes prêts à travailler avecMarie Clairecomme nous le faisons déjà avec le groupe Hersant etLe Nouvel Obs», insiste Olivier Chapuis, président d'Interdeco.

En dessous des seuils de concentration

Une question demeure:ElleetMarie Clairepourraient-ils s'allier en France sans s'attirer les foudres des autorités de la concurrence pour abus de position dominante? Selon Interdeco, la part de marché publicitaire des deux groupes dans la presse féminine est de 46,1% en France.«Nous serons très en dessous des seuils de concentration»,garantit Gérald de Roquemaurel.«Sur le segment de la beauté,ajoute Olivier Chapuis,la presse magazine fait 32% du marché; la TV, elle, représente 57% d'un gâteau de 4,8milliards de francs.»Quoi qu'il en soit, selon Gérald de Roquemaurel,«il n'y aura aucune entente en France entreMarie ClaireetElle».«Cet accord préserve l'indépendance de notre groupe»,précise mêmeMarie Clairedans un communiqué. Tout juste le groupe admet-il que«cette alliance historique devrait bénéficier à l'ensemble des industries du luxe».C'est l'une des raisons qui a conduit L'Oréal à accepter l'opération. Reste que l'entrée d'Hachette dans le capital deMarie Claireressemble fort à une position d'attente. Si Évelyne Prouvost maîtrise aujourd'hui son holding grâce à l'apport de son époux Nicholas Berry, ex-propriétaire du Harrap's, qu'en sera-t-il demain? HFM a un droit de préemption qui le place grand favori en cas de cession partielle du capital. Pour Hachette, l'essentiel est acquis:Marie Clairene risque plus de tomber entre les mains d'un concurrent, comme Burda ou Mondadori. Et l'accord, établi sur la base d'une valorisation de 3,5milliards de francs, à laquelle il faut ajouter les filiales Avantages et Cosmo, rend tout nouvel investissement familial très lourd. Ce qui suffit au bonheur d'Hachette.

Envoyer par mail un article

HFM se place chez Marie Claire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.