Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

TF1 Publicité épinglée, la concurrence dédommagée?

02/03/2001

La régie de TF1 vient d'être condamnée par le Conseil de la concurrence pour abus de position dominante, pour des remises de parts de marché, pratiquées entre 1994 et 1997. Les autres régies envisagent de réclamer des dédommagements...

Il a fallu quatre ans de procédure au Conseil de la concur- rence pour répondre à la plainte déposée fin décembre 1996 par Canal+ à l'encontre de TF1. Le 13février dernier, La Une a été condamnée à 8millions de francs d'amende pour abus de position dominante. Son tort? Avoir consenti, entre 1993 et 1997, des remises de parts de marché sur la vente de ses espaces publicitaires. En plus d'autres primes et systèmes de fidélisation, la régie consentait des rabais aux annonceurs qui lui consacraient une part substantielle de leurs investissements (55% en 1994, 53% en 1995 et 1996, 50% en 1997).«Cela allait très loin, puisqu'il y avait même des remises d'exclusivité qui tendaient à geler les investissements,explique Marie-Christine Vendroux, directeur général de Thématiques Régie (Canal+).Toutes les marques de grande consommation ont alors limité leur budget dans Canal+ ou nous ont abandonnés.»Un grand annonceur comme Renault était alors absent de la chaîne. Pour Canal+, le manque à gagner est estimé à 330millions de francs bruts entre 1993 et 1997. De quoi susciter des demandes de dédommagements.«On peut se poser la question des dommages-intérêts», se contente de déclarer Marie-Christine Vendroux.«Dès lors qu'il y a préjudice, nous sommes en droit de demander des compensations», ajoute de son côté Philippe Santini, DG de France Télévision Publicité. Pour Claude Cohen, DG de TF1 Publicité, qui ne souhaite pas s'exprimer, il s'agissait d'ouvrir le marché aux petits annonceurs,«la seule condition de volume ne pouvant leur permettre d'obtenir des conditions satisfaisantes pour investir en télévision», a-t-elle rappelé lors de son audition en 1998. Il s'agissait également pour elle de dynamiser un marché publicitaire TV plutôt déprimé (de l'ordre de 2% de croissance annuelle en 1993) dont TF1 représentait plus de la moitié (52,4% en 1995 et 50,2% en 1997).

Principale victime: Canal+

Cet abus a eu un effet d'entraînement sur les autres régies, même si ces pratiques étaient courantes dans le secteur avant 1993. La régie de France Télévision a consenti des dégressifs de parts de marché, avec des seuils qui sont allés crescendo, précise le Conseil de la concurrence, qui n'a toutefois pas retenu l'accusation d'entente.«Nous n'avions pas le choix», plaide Philippe Santini.«Il est inenvisageable de nous passer des remises de parts de marché tant qu'elles seront pratiquées par nos concurrents»,expliquait de son côté Catherine Lenoble, DGA de M6 Publicité, lors de son audition en 1998. Si TF1, France Espace et M6 Publicité ont tiré leur épingle du jeu, Canal+ en a été la première victime.«Entre 1993 et 1996, nous avons perdu 25% de parts de marché, en passant de 3,2% à 2,4%,rappelle Marie-Christine Vendroux.Pourtant, les audiences de Canal+ étaient stables ou croissantes.»Pour TF1, qui a peu à peu abandonné les remises de parts de marché dès 1998-1999, tout cela est de l'histoire ancienne... La chaîne, qui dispose d'un mois pour faire appel, estimera peut-être qu'elle s'en tire à bon compte. Selon les calculs d'un concurrent, TF1 Publicité aurait engrangé, grâce aux remises de parts de marché et aux deux minutes supplémentaires consenties par le CSA en août 1996, environ 750MF par an.

Envoyer par mail un article

TF1 Publicité épinglée, la concurrence dédommagée?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.