Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Le numérique public laisse Bercy perplexe

16/03/2001

Laurent Fabius, ministre de l'Économie et des Finances, rechigne à financer les six chaînes numériques hertziennes annoncées par le président de France Télévision.

La réunion du 9mars à Matignon, entre Lionel Jospin, Laurent Fabius, Catherine Tasca et Florence Parly, la secrétaire d'État chargée du Budget, n'a pas permis au gouvernement de réaliser les arbitrages nécessaires au lancement effectif du numérique hertzien à France Télévision. À quelques semaines de l'élaboration des premiers éléments du budget 2002, il s'agissait de confronter les points de vue sur le financement de l'audiovisuel public. Si aucune décision n'a été prise, une nouvelle réunion étant fixée pour la fin mars, il apparaît de plus en plus nettement que Bercy n'est pas prêt à financer à fonds perdus les six chaînes numériques terrestres annoncées l'an dernier par Marc Tessier, président de France Télévision. Il s'agissait alors de prendre appui sur la technologie pour redéployer le groupe public sur l'information, les régions, le sport, les jeunes adultes avec la Cinquième, les arts et spectacles et la multidiffusion.

Confiance malgré tout chez France Télévision

Désormais, et alors que Marc Tessier attend toujours un milliard de francs de dotation budgétaire pour le lancement du numérique hertzien, on ne parle plus que d'un maximum de trois thématiques: l'info, les régions et le projet multichoix.«Nous restons confiants», indique-t-on à France Télévision. Motif: le gouvernement veut une chaîne d'information continue face à LCI et i-Télévision. Et comme dit Rémy Pflimlin, le directeur général de France3,«la chaîne régionale est quasiment inscrite dans la loi». Le numérique terrestre doit en effet permettre le développement d'une offre de proximité. Quant au canal de multidiffusion, il pourrait intégrer l'optique jeunes adultes de la Cinquième. De son côté, la culture rejoindrait Arte et le sport pourrait être développé en partenariat avec un autre opérateur. Reste à savoir s'il pourrait s'agir de TF1, propriétaire d'Eurosport, dont le PDG, Patrick Le Lay, réclame une suppression de la loi limitant à 49% toute participation dans le numérique hertzien.

Envoyer par mail un article

Le numérique public laisse Bercy perplexe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.