Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Télévision

Les chaînes contre l'escalade des droits sportifs

30/03/2001

Les droits du sport sont trop élevés, clament les chaînes françaises. TF1 n'entend plus payer des sommes démesurées, notamment pour la prochaine Coupe du monde de football en 2002.

Vendredi 31mai 2002, les «Bleus» disputeront le match d'ouverture de la Coupe du monde de football. Si le terrain sur lequel les champions du monde évolueront est déjà connu - le tout nouveau stade de Séoul, en Corée du Sud -, on ignore en revanche quelle chaîne retransmettra le match. À quatorze mois de ce rendez-vous, aucune télévision française n'a encore acheté les droits de diffusion de la compétition en raison du coût très élevé réclamé par le géant audiovisuel allemand Kirch, propriétaire des droits: pas moins de 500millions de francs pour les seules chaînes françaises. À titre de comparaison, la Coupe du monde 1998 avait coûté entre 150 et 200millions de francs au total pour TF1, France2 et France3, dont 80millions pour la Une.

Des alliances probables en France

Associé au suisse ISL, le groupe allemand cherche à rentabiliser les droits des Mondiaux 2002 et 2006, achetés en 1986 auprès de la Fifa, la Fédération internationale de football association, pour 11,4milliards de francs. À ce jour, un seul accord a été réalisé en Europe: pour retransmettre les épreuves, les chaînes allemandes du service public (ARD et ZDF) ont accepté de payer 833millions de francs pour le Mondial 2002 et 1,8milliard pour l'édition 2006, disputée en Allemagne. Ailleurs, les autres opérateurs européens font front. En Grande-Bretagne, la BBC estime même être «rançonnée» par Kirch. En France, les discussions sont plus discrètes, mais les opérateurs clament haut et fort qu'il n'est pas question de payer le prix fort.«Il y a un juste prix pour les coûts des droits sportifs,déclarait Patrick Le Lay, le président de TF1, lors de la présentation des comptes de son groupe le 1ermars.Il existe une réalité financière. On ne peut plus continuer à faire déraper les droits.»TF1 et France Télévision dépensent annuellement entre 800 et 900millions de francs chacune dans les programmes consacrés au sport et TF1 ne peut pas se permettre de payer seule les droits du Mondial 2002. D'où de probables alliances entre diffuseurs. M6 ne dit pas non. Jusqu'à présent, la chaîne n'avait jamais pu diffuser les grands événements sportifs, détenus pour la plupart par l'Union européenne de radiodiffusion (UER), dont M6 n'est pas membre.«Nous ne pouvons pas rester à la porte des événements sportifs,a affirmé aux membres du CSA Nicolas de Tavernost, président du directoire de M6.Le moment venu, nous serons candidats à certains droits.»Opportuniste, la chaîne de RTL Group et Suez souhaiterait ainsi diffuser quelques matchs de la Coupe du monde. Bien décidées à mettre le holà à l'inflation des droits sportifs, les chaînes françaises sont-elles prêtes à aller jusqu'au bout? Samedi 24mars, France Télévision a apporté un début de réponse en préférant renoncer à la diffusion de la célèbre course cycliste Milan-San Remo, plutôt que de payer des sommes jugées trop importantes à la télévision italienne.Téléfootsubira-t-elle le même sort? L'émission dominicale, consacrée au Championnat de France de football, est vendue 70MF par an à TF1 par la Ligue nationale de football (LNF). Mais la Une, dont le contrat se termine en juin 2001 et qui estime le programme peu rentable, n'en proposait que 60millions, la semaine dernière, pour poursuivre la diffusion (résultat de l'appel d'offres: le 6avril). Un coup dur pour la LNF qui en espérait 100millions. Après des années d'inflation galopante, les chaînes pourraient reprendre l'avantage. Mais attention à ne pas prendre les téléspectateurs en otage.

Envoyer par mail un article

Les chaînes contre l'escalade des droits sportifs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.