Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Un président qui paye de sa personne

13/04/2001

Pour Gilles de Courtivron, cinquante-trois ans, la semaine passée fut celle de tous les engagements. Lundi 2avril, il prenait ses fonctions de président de l'Association pour la promotion de la presse magazine (APPM), en remplacement d'Olivier Chapuis, président d'Interdeco, avant d'accueillir, deux jours plus tard, une partie des mille invités au cocktail de relance deLa Vie. «J'ai écrit un mot personnel à environ 150personnes,explique-t-il.Ce journal n'existe pas assez dans le monde de la pub, c'est un pari très difficile... alors j'y vais de ma petite carte.»

Du goût pour le relationnel

Avant d'être recruté en 1982 par petite annonce pour diriger les services commerciaux deNotre Temps(Bayard), ce Sup de Co a passé quatre ans à Troyes dans une PME d'éclairage public. Il en a gardé le sens du terrain et quelques leçons simples:«J'ai vu le patron d'une bonneterie en décrépitude sauver son entreprise en envoyant ses ouvrières faire l'article auprès des vendeurs de fringues. Quand on paye de sa personne, le message prend tout de suite plus de poids.»Président des Publications de La Vie catholique (PVC), un groupe de près d'1,9milliard de francs, et ancien patron opérationnel deTélérama,l'homme se reconnaît un goût prononcé pour le «relationnel». Derrière une apparente bonhomie un peu provinciale, il se défend néanmoins d'être un homme de réseaux («Je ne fais pas partie des anciens deL'Expansionou de Procter»). Mais ses pairs éditeurs ne s'y sont pas trompés: il saura se donner toute l'influence nécessaire pour vanter la spécificité de la presse magazine.«Au-delà du discours quantitatif sur les performances du support, il faut faire connaître la richesse du contenu de ce média acheté qui a un plus bel avenir que les médias d'alerte.»En 2001, ses principaux chantiers sont la création d'un site commun à la presse magazine pour la prise d'ordre en ligne et la réalisation d'une étude d'audience pour les magazines de marque. Rien n'avait préparé Gilles de Courtivron à être aussi actif dans la presse. Sa seule expérience en dehors d'un groupe confessionnel, il l'a tenté auprès de Jean-François Kahn àL'Événement du Jeudi.L'expérience dura un mois et demi. Depuis 1990, il évolue au sein du groupe PVC, qui lui doit une bonne part du succès deTélérama.Entre son arrivée et 1995, la part de marché publicitaire du titre est passée de 10 à 20% pour un prix moyen de page en hausse de 40%. Depuis,Téléramaest une vache à lait, avec ses 10% de marge d'exploitation. Désigné fin mars président du conseil de surveillance de l'hebdomadaire, il avoue une pointe de nostalgie pour «l'opérationnel». Père de quatre enfants, et depuis peu grand-père, il n'a pourtant pas le loisir de s'adonner à sa passion pour la batterie:«Quand vous dîtes que vous êtes dans la presse, le handicap, c'est que vous travaillez tout le temps car on ne parle plus qu'à vous.»Amaury de Rochegonde

Envoyer par mail un article

Un président qui paye de sa personne

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.