Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Premiers comptes positifs pour France Télévision

27/04/2001

Le groupe public est sorti du rouge en 2000. Il mise sur sa bonne santé financière pour autofinancer la majeure partie de ses projets dans la télévision gratuite... ou payante.

Marc Tessier, le président de France Télévision, était tout sourire la semaine dernière pour présenter les premiers résultats consolidés de sa holding, constituée de France2, de France3 et, depuis la loi du 1eraoût 2000, de La Cinquième. Avec un résultat net de 255millions de francs en 2000 pour un chiffre d'affaires de 13,8milliards de francs, contre 213millions de pertes en 1999, le groupe public entendait bien mettre en avant sa bonne santé financière.«On dit toujours que l'audiovisuel public mendie de l'argent et pourtant, nous sommes capables de financer la majeure partie de notre plan de développement»,s'est-il félicité. Un propos qui revêt toute son importance alors que France Télévision vient d'hériter d'un milliard de francs de l'État, en dotation du capital, pour créer trois chaînes numériques hertziennes (sur l'information, les régions et de multidiffusion). Réalisé dans un contexte économique favorable, ce bilan encourageant est en partie dû à la consolidation de la part d'audience du groupe, qui est passée de 40,5% en 1999 à 40,7% en 2000. D'où un surplus publicitaire de 303millions de francs par rapport à l'objectif budgétaire.

Projets de développement

Toutefois, la hausse du chiffre d'affaires de 10% provient, elle, d'une progression de la redevance de 1,2milliard de francs, destinée à compenser la réduction de la durée des écrans publicitaires à dix minutes par heure l'an dernier.«Sans cette réduction, le groupe aurait engrangé un milliard de francs de ressources supplémentaires»,a indiqué Philippe Santini, directeur général de France Télévision Publicité. En 2000, la part de marché publicitaire de l'ensemble des chaînes de France Télévision (22%) a été équivalente à celle de... M6. En affichant 430millions de francs de capacité d'autofinancement, Marc Tessier compte mener à bien sa politique d'investissement pour les cinq ans à venir. Outre les trois chaînes numériques, il a le projet de se développer sur la télévision interactive et de créer une société d'achat de droits. Quant à savoir si le numérique terrestre pourrait être un outil de diffusion pour de nouvelles chaînes payantes, Marc Tessier n'en exclut pas l'hypothèse. Tablant sur«quinze chaînes en clair et quinze chaînes payantes»sur la fameuse TNT, il reconnaît discuter d'un éventuel partenariat avec Pathé pour une chaîne sportive, tout en rejetant l'idée d'une prise de participation à 50% dans Pathé Sport. Déjà actionnaire de Mezzo, de Festival, d'Histoire et de Régions, France Télévision compléterait ainsi son portefeuille de chaînes thématiques. Pour se financer, le groupe peut d'ailleurs compter sur sa participation dans TPS (8%), jugée«non stratégique», alors qu'il table sur une croissance de 5% de ses recettes pour l'année 2001. On notera aussi que l'inflation du coût des grilles est de 4,6%, alors qu'il n'est que de 2,4% à TF1.

Envoyer par mail un article

Premiers comptes positifs pour France Télévision

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.