Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Cinéma

Eduardo Malone ou le mariage du coq et de la marguerite

20/07/2001

Chargé de mener à bien le mariage entre le coq de Pathé et la marguerite de Gaumont, le président d'EuroPalaces vient de donner naissance au leader européen du cinéma en salles.

Pourquoi lui? Eduardo Malone, le PDG d'EuroPalaces, la nouvelle entité née le 27juin de la fusion des activités d'exploitation de Pathé et de Gaumont, ne joue pas les faux modestes. Si Jérôme Seydoux, le patron de Pathé et actionnaire à 66% d'EuroPalaces, l'a choisi pour présider son nouvel empire de 750salles, c'est bien parce qu'il est un spécialiste du mariage des cultures.«Je connais Jérôme Seydoux depuis 27ans, j'ai exercé 69métiers différents dans ma vie et j'ai l'expérience des fusions comme de l'annulation des défauts des uns et des autres»,explique-il. Il lui faudra en effet du doigté pour croiser deux marques centenaires, emblématiques du cinéma français, et qui continueront d'exister en tant qu'enseignes. À 52ans, cet Argentin de Buenos Aires a été tour à tour professeur d'université, analyste financier, spécialiste du textile chez Pricel, PDG de Chargeurs et, depuis septembre 2000, président du directoire de Pathé. Mais il est également connu pour avoir restructuré sans états d'âme le pôle textile de Chargeurs. En 1996, il a opéré la scission de ce groupe entre ses activités dans la laine et ses branches transports et médias.«Les marchés financiers n'aiment pas les conglomérats de métiers, car c'est leur rôle de choisir les sociétés,explique-t-il.Ils veulent des groupes de plus en plus grands mais de plus en plus spécialisés.»Si Pathé et Gaumont ne fusionnent pas complètement, c'est justement au nom de cette nécessaire spécialisation.«L'industrie du film est différente de l'exploitation de salles,ajoute-t-il.Si Pathé devait s'unir sur ses catalogues et la distribution, ce ne serait pas nécessairement avec le même partenaire.»En témoigne le projet de rapprochement avorté avec TF1 en début d'année. EuroPalaces permet néanmoins à Pathé de décrocher en France, grâce à Gaumont, la première place des entrées en salles avec 21,5% du marché, contre 15,6% pour UGC. Le nouveau groupe, leader en Europe, prévoit de s'introduire en Bourse en 2005. Le 1erjuillet dernier, les syndicats CGT, CFDT et FO de Gaumont ont provoqué une grève«d'avertissement»pour témoigner des craintes que leur inspirait EuroPalaces.«C'était le jour de la séance à dix francs,minimise l'intéressé.Les syndicats ont lancé la guerre mais nous ne riposterons pas.»Eduardo Malone se fait en effet fort de«protéger les hommes»avant même de«valoriser son patrimoine»ou de«respecter les marchés financiers». Il insiste sur la complémentarité quasi parfaite entre les deux réseaux de salles: Pathé est surtout présent dans le sud du pays et en province tandis que Gaumont est implanté à Paris et dans le nord de la France. Le conseil de la concurrence, qui a autorisé la fusion, a assorti son feu vert de demandes de rétrocession de salles à Nantes, Saint-Étienne, Liévin et Hénin-Baumont. Au total, 30écrans sur 600 devront donc être cédés en France pour éviter l'abus de position dominante. Quel en sera le coût en termes d'emplois?«Il n'y a pas de suppressions de postes ni de restructurations qui découlent de la fusion», martèle Eduardo Malone, pour qui les cessions seront de simples transferts d'activité. EuroPalaces permettra en outre de créer une vingtaine de nouveaux sites.

Une réponse à la concentration

Pour ce bras droit de Jérôme Seydoux, qui déclare vouloir traiter le patron de Gaumont, Nicolas Seydoux,«comme s'il était un actionnaire à 100%»(il n'a que 34% d'EuroPalaces), la fusion est une réponse à la concentration. Détenue à 40% par Vivendi Universal, UGC s'est en effet donné les moyens de lancer l'an dernier la bataille des cartes d'abonnement sur Paris, Strasbourg, Nantes et Lyon avec une offre à 98francs. Toute la stratégie d'Eduardo Malone consiste maintenant à tirer les prix vers le haut:«À moins de 132francs en moyenne, vous ne gagnez pas d'argent. Il faut arrêter de générer des pertes». En ce sens, Gaumont a fait passer le 1er juillet le prix de son Pass - mis en place avec MK2 - à 118francs. Aussitôt, UGC a suivi le mouvement en annonçant qu'il portait sa carte de 98 à 108francs. Une remontée des prix rendue possible grâce à des chiffres de fréquentation en hausse de 10% au premier semestre, avec 98millions de spectateurs. Du jamais vu depuis 1983!

Envoyer par mail un article

Eduardo Malone ou le mariage du coq et de la marguerite

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.