Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

Quand le bouclage influe sur les ventes

28/09/2001

Suite aux attentats, les hebdomadaires ont mis à rude épreuve leurs systèmes de bouclage. Après avoir raté des ventes, certains journaux ont décidé de les modifier.

Sitôt connue la nouvelle de la tragédie, le 11 septembre en début d'après-midi, les hebdomadaires français se sont presque tous retrouvés sur un titre : la guerre. Bouclés dans les conditions d'un quotidien,L'Express,Le Nouvel Observateur,Paris Matchou mêmeLe Pointont ainsi voulu marquer leur capacité d'anticipation. Face à la bataille qui les oppose dans les kiosques, les news magazines ne sont pourtant pas égaux.Le Nouvel Obsa ainsi bouclé mardi 11 septembre à 22 heures,L'ExpressetParis Matchà minuit, tandis queLe Pointa terminé ses derniers articles le mercredi à 17 heures. Résultat : 42 pages sur l'événement pour ce dernier, contre trois ou quatre fois moins pourLe Nouvel ObsetL'Express. Du coup,Le Pointa augmenté ses ventes au numéro de 220 % (200 000 ex.),Le Nouvel Obsde 65 % (140 000 ex.) etL'Expressde 27 % (165 000 ex.). Dopé par des images spectaculaires,Paris Matchannonce une diffusion de plus de 1,5 million d'exemplaires, contre 630 000 en moyenne :« Un record en vingt ans », se félicite son directeur, Alain Genestar.

Dos carré, dos piqué

Tous ces hebdos ont la particularité de sortir, au moins sur Paris, le jeudi. Grâce à sa fabrication en « dos carré »,Le Pointpeut augmenter fortement sa pagination alors que ses concurrents sont plus limités en raison de leur « dos piqué ».« Le mardi à 15 heures, nous ne pouvions intervenir que sur le dernier des cinq cahiers qui n'était pas encore imprimé », souligne Laurent Joffrin, directeur de la rédaction duNouvel Observateur.L'Expresspallie désormais ce handicap en développant une partie « événement » en début de journal. Un tirage trop restreint est aussi un problème.Le Pointn'a pas hésité à ressortir 30 000 exemplaires le samedi.Le Figaro magazine, lui, n'a réalisé que 20 % de ventes supplémentaires (380 000 ex.) car son tirage est calé sur celui deMadame Figaro, imprimé une semaine plus tôt.« On a manqué des ventes », reconnaît Frédérik Cassegrain, son directeur de la diffusion, qui annonce une réorganisation pour boucler et imprimer plus tard.

Envoyer par mail un article

Quand le bouclage influe sur les ventes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.