Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Moteurs de recherche

AltaVista à la recherche du positionnement perdu

28/09/2001

Face à la baisse des investissements publicitaires, AltaVista revient à sa vocation : le moteur de recherche. La société diversifie son offre publicitaire et développe une activité B to B.

AltaVista qui rit, AltaVista qui pleure. Mardi 18 septembre, les salariés de la société ont appris coup sur coup la nomination de James Barnett, leur nouveau PDG, et la suppression de cent soixante postes aux États-Unis, soit 30 % des effectifs. La première nouvelle est accueillie avec soulagement, car le moteur de recherche se cherchait un patron depuis le départ de Rod Schrock il y a un an. La seconde est reçue avec fatalisme : la société de Palo Alto, en Californie, a déjà licencié un quart de ses effectifs au début de cette année.

Une audience en perte de vitesse constante

Comme la plupart de ses concurrents, AltaVista souffre de la baisse des investissements publicitaires. La société, détenue par le fonds d'investissement CMGI, paie aussi son ambition de concurrencer Yahoo sur les services. En diversifiant son offre, le site n'a pas répondu avec assez de précision à sa vocation première : la recherche. Résultat, en France, l'audience d'AltaVista ne dépassait pas 11,5 millions de pages vues en juillet 2001, selon Netratings. Le site est bien loin des leaders Wanadoo (286 millions), Lycos (191 millions) et Yahoo (128 millions). Il s'est même fait distancer par Google, qui atteint 32,9 millions de pages vues. Les premières actions de James Barnett sont très attendues. Ce professionnel reconnu quitte la présidence d'un portail dédié à la famille, myfamily.com. Il a aussi dirigé la filiale américaine de l'éditeur de jeux Infogrames Entertainment.« James Barnett va trouver une société qui a pris de nombreuses initiatives,précise Stéphanie Himoff, vice-présidente en charge du développement commercial à destination du grand public chez AltaVista Europe.Le site a abandonné l'idée de portail agrémenté de services pour se repositionner sur la recherche. »

Diversifier l'offre publicitaire

Autre évolution : la régie publicitaire, auparavant confiée à Doubleclick, est gérée en interne depuis janvier 2001.« Les commerciaux d'AltaVista sont plus proches des clients,argumente Stéphanie Himoff.Ils sont plus réactifs pour convaincre de nouveaux annonceurs et pour vanter des formats publicitaires différents. »De fait, AltaVista a diversifié son offre publicitaire, avec des formats du type « skyscraper », une bannière verticale de 5,6 cm sur 21,2 cm, ou encore magix box, liée au mot de la recherche. AltaVista commence également à faire payer certains placements dans l'index. Express Inclusion, par exemple, permet à de petits sites d'être référencés.« Attention,prévient Stéphanie Himoff.Comme la réputation du moteur est bâtie sur la qualité des résultats, nous commercialisons une présence dans l'index, mais pas un placement. »Parallèlement, AltaVista développe une activité business to business. Le groupe cède des licences de son logiciel de recherche à des sites ou des portails qui se dotent d'un index. Discrète sur le montant des revenus générés, Stéphanie Himoff précise seulement :« Cette activité représente 20 % du chiffre d'affaires contre 80 % pour le grand public. AltaVista espère équilibrer ce ratio dans un délai de trois ans. »

Envoyer par mail un article

AltaVista à la recherche du positionnement perdu

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies