Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

MUSIQUE

Universal Music invente le juke-box virtuel

26/10/2001

Avec e-compil.com, Universal Music France inaugure le premier service de téléchargement payant de musique

En attendant Pressplay, le service de téléchargement de musique par abonnement payant que doivent lancer prochainement Vivendi Universal et Sony, Universal Music France inaugure le site e-compil.com. Il propose aux internautes d'accéder à un catalogue payant de six cents singles, qui sera enrichi progressivement. Plusieurs options sont proposées : la formule de prépaiement qui permet, pour 18 euros (118 francs), de télécharger vingt singles sans délai imposé ; l'abonnement sur six mois, à raison de dix titres par mois, pour 8 euros (53 francs), ou 20 titres pour 15,50 euros (102 francs). Libre aux internautes, dès lors, de les graver, de les transférer sur un baladeur, etc.

Les abonnés ont également la possibilité d'écouter les titres dès leur sortie sur les radios, soit six à huit semaines avant leur commercialisation, et d'offrir une chanson à un tiers en lui envoyant directement par e-mail le titre sans l'avoir téléchargé. Les non-abonnés peuvent télécharger gratuitement des titres qui disparaîtront de leur ordinateur s'ils n'ont pas été achetés au bout de trente jours, mais, dans ce cas-là, ils devront s'abonner, la vente de titre à l'unité n'étant pas prévue.« Nous nous sommes entendus avec tous les ayants droit,explique Sophie Bramly, responsable des nouveaux médias chez Universal Music France.C'est donc parfaitement légal, et grâce à FullSix, l'agence qui a conçu le site, les fichiers sont sécurisés et ne peuvent être gravés plus d'une fois. »

Habitués à consommer gratuitement la musique en ligne, les surfeurs accepteront-ils de payer pour un tel service ?« E-compil s'adresse aux 25-45 ans qui n'ont pas de temps à perdre à apprendre à maîtriser les systèmes d'échange de type Napster ou Kazaa »,répond Sophie Bramly. Universal Music fait le pari que cette cible d'actifs sera plus attirée par le téléchargement que par le CD à la carte comme le propose tf1music.fr. Et qu'elle sera prête à payer pour une prestation qui lui facilite la vie, lui trie les titres par genres et lui fournit des commentaires.

L'équilibre avec 50 000 surfeurs

Universal Music reste prudent sur ses objectifs.« L'idéal serait que nous séduisions 10 000abonnés d'ici à la fin de l'année,indique Sophie Bramly.Mais c'est un service très nouveau et nous attendons de voir comment va réagir le marché. »Pour atteindre son point d'équilibre, le juke-box virtuel doit conquérir 50 000 surfeurs au moins. Pour les attirer, e-compil va lancer, avec FullSix, une campagne de bannières qui restera en ligne jusqu'à fin 2001. Une dizaine d'affiliés devrait en outre amener du trafic sur le site. Parmi eux, nrj.fr, lesinrocks.com, ebay.fr, ou encore des sites du groupe Vivendi Universal, tels vizzavi.fr et divento.fr.

Envoyer par mail un article

Universal Music invente le juke-box virtuel

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies