Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien

Arnaud Lagardère : L'état doit favoriser l'accès au numérique

16/11/2001

Lagardère Médias présentera six dossiers pour la télévision numérique terrestre. Son président, Arnaud Lagardère, envisage une alliance avec un partenaire industriel en matière de production de programmes.

Le lancement de Match TV, le 10 décembre, sera assez prudent, avec un budget de 12,20 millions d'euros (80 millions de francs). Renoncez-vous à tout investissement d'envergure dans la télévision ?

Arnaud Lagardère.Nous allons pas à pas. Depuis nos aventures malheureuses de 1987 dans TF1 et de 1992 dans La Cinq, on a une stratégie thématique et prudente, mais non sans ambition. C'est moins spectaculaire mais tout aussi efficace. Le moment venu, nous serons prêts à faire un gros investissement. Mais il ne sert à rien de brûler dès le départ toutes ses cartouches. Au total, nous présenterons six dossiers pour la TNT : Canal J, Match TV, la musique (MCM ou l'autre projet), Elle TV et deux autres chaînes. Nous en méritons au moins quatre. Pour Elle TV, il est vrai que nous avons moins d'allant : c'est un projet ambitieux mais lourd à porter, que l'on souhaite international et qui représente un coût de l'ordre de 30 millions d'euros (200 millions de francs) pour un ou deux pays. Quant à Santé Vie, qui n'est pas destinée au numérique terrestre, on va continuer à lui donner sa chance dans le budget de 2002.

Envisagez-vous une alliance avec un partenaire sur la TNT ?

A.L.Oui. Nous cherchons un partenaire industriel qui nous apporte de la production, des heures de programmes et de la promotion.

Que pensez-vous des propos de Patrick Le Lay qui a qualifié de marxiste l'approche du gouvernement sur la TNT ?

A.L.Je pense que tout le monde est pour le numérique et que chacun l'exprime à sa manière. TF1 défend sa position. Chacun fait son lobbying. Mais la TNT est inévitable. Je souhaite que le gouvernement favorise la disparition de la télévision analogique dans un délai de sept à huit ans. C'est un acte démocratiquement difficile mais nécessaire. Ensuite, il faut des aides pour intégrer plus vite les décodeurs. Je ne suis pas contre les aides publiques pour France Télévision car cela amorce la pompe. Mais il faut aussi que les Français aient une motivation pour s'équiper. Pourquoi pas une redevance minorée pour les gens qui adoptent un décodeur numérique ?

Comment défendrez-vous vos 27,4 % dans Multithématiques, sur fond de recapitalisation ?

A.L.Nous comptons en effet défendre notre participation. Nous avons fait avec Canal + un accord sur CanalSatellite qui s'est bien passé et un autre, sur Multithématiques, qui a moins bien démarré. Mais l'ensemble est très positif. Nous n'avons aucun problème relationnel avec Canal +, notre partenariat écrit est un élément clé de notre stratégie et je le mène main dans la main avec Denis Olivennes, qui possède l'intelligence et le caractère pour le conduire à bien. Le dernier budget plan est encourageant. Si un actionnaire s'en va, nous regarderons pour racheter sa quote-part.

Le départ de Jean-Pierre Ozannat de Lagardère Images est-il celui du dernier baron du groupe ?

A.L.Jean-Pierre n'était pas un baron. Il passe le relais dans de très bonnes conditions pour mener une autre vie personnelle. Le groupe n'a plus de problèmes de baronnies, ce qui ne l'empêche pas de donner des espaces de liberté aux gens. Par ailleurs, Jean-Pierre Ozannat a contribué, avec Brigitte Gauthier-Darcet, à créer un grand groupe de production et de distribution concentré sur la qualité et qui a fait des audiences records. Brigitte suivra la nouvelle phase de développement.

Frédéric Schlesinger est nommé président de MCM après avoir dirigé RFM et Europe 2. Est-ce un placard ou une promotion ?

A.L.C'est clairement une promotion. Il a fait réaliser à Europe 2 un retour canon sur l'enquête Médiamétrie. Ce n'est pas encore le cas pour RFM, mais on ne peut pas dire que Frédéric Schlesinger soit sanctionné. La télévision musicale est l'un de nos enjeux. Thierry Cammas, qui a fait de MCM la première chaîne musicale, en tant que directeur général, a ma confiance pour poursuivre sa tâche. On va passer à la vitesse supérieure en allant sur le numérique hertzien et en créant peut-être, sous une marque différente, une chaîne plus musicale pour les 15-25 ans. Nous sortirons ce joker pour la TNT en fonction des offres de nos concurrents, NRJ et M6. Enfin, il faut viser l'internationalisation en faisant des acquisitions en dehors de France.

Pourquoi avez-vous choisi Christophe Sabot pour chapeauter votre pôle FM ?

A.L.Parce qu'il me faisait penser à Jérôme Bellay [le patron d'Europe 1]. Il en a la passion, un talent fou et c'est un type carré. Quand vous lui demandez l'heure, il vous donne l'heure et ne vous décrit pas la théorie du temps. Et il a une rage de réussir invraisemblable.

Quelle a été l'ampleur de la restructuration de Lagardere Active Broadband après l'arrêt des sites Mcity et Digital ?

A.L.Près de 90 personnes sont parties, dont 57 au terme d'un plan social présenté avant l'été. Néanmoins, avec près de 400personnes aujourd'hui, nous avons globalement beaucoup plus recruté. Nous attendons maintenant le haut débit dans deux ou trois ans. Notre idée est de créer une nouvelle aventure comme Club Internet. C'est pourquoi Lagardere Active Broadband, dirigée par Fabrice Sergent, se remet dans « l'esprit garage » des années 1993-1994.

Pensez-vous qu'une régie commune au sein de Lagardère Medias ferait sens ?

A.L.Il y a deux ans, on a songé à marier Interdeco et Europe Régies. Mais les modes de commercialisation des médias écrits et audiovisuels sont très différents. Ce n'est donc pas à l'ordre du jour. Mais on peut mutualiser beaucoup de choses comme les études ou le marketing.

Envoyer par mail un article

Arnaud Lagardère : L'état doit favoriser l'accès au numérique

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.