Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

RADIO

Cluzel à RFI : un mandat semé d'embûches

30/11/2001

Jean-Paul Cluzel vient d'être reconduit pour un nouveau mandat de cinq ans à la tête de RFI. Les syndicats ont accueilli sa nomination par un préavis de grève.

Lundi 19 novembre, Jean-Paul Cluzel, président de RFI, était à Sofia pour inaugurer les nouveaux locaux de RFI Bulgarie. À près de quarante-cinq ans, après deux mandats de trois ans, le président pouvait y admirer une antenne numérisée, comme c'est déjà le cas pour les autres filiales de son groupe (RMC Moyen Orient, RFI Roumanie ou Radio Paris Lisbonne).

À l'international, l'homme peut d'ailleurs se targuer d'un bilan flatteur :« RFI a progressé dans de nombreuses villes africaines, elle est diffusée sur quatre-vingts radios en Amérique du Sud, alors qu'elle ne l'était pratiquement pas en 1995, et c'est la première station écoutée en Chine ». Pourtant, à Paris, Jean-Paul Cluzel ne cache pas un certain malaise : il lui faut en effet numériser la production de RFI, et il est bien placé pour savoir que la modernisation de la radio passe par une remise en cause des conventions collectives.

Trouver des fonds pour le développement

Les syndicats ne s'y sont pas trompés. Ils ont déposé un préavis de grève pour le 28 novembre, jour même du renouvellement de son mandat pour cinq ans. Principale crainte : que l'évolution des métiers, marquée par un rapprochement entre techniciens et chargés de réalisation, soit quatre-vingts CDI, menace l'emploi. Catherine Dessein, la directrice des ressources humaines, assure le contraire. Mais, de source syndicale, on s'inquiète d'un développement « à fonds constants ». Car RFI veut, d'ici à cinq ans, une meilleure régionalisation de ses contenus via des produits éditoriaux ciblés. Un projet incompatible avec un gel du budget.« J'ai demandé à l'État 25 à 30 millions d'euros supplémentaires [sur un budget de 123,5 millions d'euros] pour le contrat d'objectifs et de moyens de RFI »,souligne Jean-Paul Cluzel.

Reste à savoir si ce contrat, qui comporte des objectifs d'audience, recevra l'appui financier du Quai d'Orsay. En six ans de mandat, Jean-Paul Cluzel n'a été reçu qu'une seule fois par Hubert Védrine, le ministre des Affaires étrangères. Il a dû financer son développement grâce aux 12 millions d'euros (79 millions de francs) débloqués par l'abandon des ondes courtes, les 35 heures étant financées grâce à une dotation du ministère de la Culture. Et il a découvert avec« intérêt »dansLa Tribuneun projet de chaîne d'informations internationale avec des partenaires arabes.« Je suis heureux que le ministre ait repris mon idée d'une télévision française en langue arabe »,relève-t-il.

Créer une BBC News à la française

Sauf que, pour lui, il n'est pas question d'y intégrer des gouvernements arabes, qui pèseraient sur l'information :« De tels partenariats ne peuvent porter que sur les programmes, la rédaction doit être à 100 % de déontologie française ». Dans l'immédiat, Jean-Paul Cluzel vient d'associer RMC Moyen Orient à TV5 pour créer deux journaux télévisés de douze minutes en langue arabe. L'amorce d'un projet qui lui tient à coeur :« J'appelle de mes voeux une réforme de l'audiovisuel public, avec la création d'une BBC News à la française ». Une évolution qui passe par la mutualisation des rédactions et des canaux de diffusion entre TV5, France Télévision, Radio France et RFI.

Envoyer par mail un article

Cluzel à RFI : un mandat semé d'embûches

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.