Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AGENCES PHOTO

Le poids de la récession, le choc des licenciements

07/12/2001

Corbis Sygma et Gamma diminuent leurs effectifs de cent dix personnes.

L'annonce d'une série de licenciements chez Corbis Sygma et Gamma a créé un électrochoc chez les reporters photographes. À l'appel de plusieurs organisations représentatives, les photographes d'agences se réuniront le 12 décembre à la Bourse du travail, à Paris pour envisager d'éventuelles actions.

Deux des trois principales agences parisiennes de photo-reportage ont en effet engagé le licenciement d'une cinquantaine de photographes, soit 5 % de cette profession qui ne rassemble guère plus de mille individus. Corbis Sygma, propriété de Bill Gates, supprime quatre-vingt treize postes sur cent quatre-vingt onze, dont quarante-deux emplois de photographes, tandis que sa concurrente Gamma, propriété d'Hachette Filipacchi Médias, réduit ses effectifs de dix-sept postes sur cent trente-deux salariés, dont sept postes de photographes sur trente.

La concurrence des agences « filaires »

Connues dans le monde entier, les grandes agences françaises ont vu leur situation économique se dégrader très rapidement depuis trois à quatre ans. Les agences dites « filaires », telles que l'AFP ou Reuters, livrent désormais des images numériques en quelques heures. À l'AFP, le chiffre d'affaires mondial des photos vendues à la pièce ou par l'intermédiaire des banques d'images est passé de 3,2 à 9,3 millions d'euros (de 21 à 61 millions de francs) entre 1996 et 2001. Beaucoup de magazines, à l'instar deParis Match,renforcent aussi leurs équipes de photographes salariés. De leur côté, les agences traditionnelles doivent encore supporter le coût d'une double production, numérique et argentique. Gamma recadre donc sa politique de commercialisation.« Nous allons renforcer la qualité de notre offre sur des cibles assez précises et nous ne serons plus systématiquement présents sur tous les événements »,explique ainsi Pierre Boissier, directeur général de Hafimage et président de Gamma, qui prévoit le retour à la rentabilité en 2004.

Un virage à 180degrés

La situation de Corbis Sygma est plus inquiétante.« En l'absence de réorganisation, la pérennité de l'entreprise ne peut être assurée »,précise l'agence qui fait état d'un résultat d'exploitation déficitaire de 9,9 millions d'euros (65 millions de francs) en 2000 et en 2001. Corbis Sygma souhaite donc externaliser ses équipes et abandonner la couverture de l'actualité dite « chaude » pour privilégier une offre à potentiel international ou local fort. Un virage à 180degrés pour l'employeur de photographes aussi réputés que Jacques Langevin ou Thierry Orban.« Nous devenons des fournisseurs : ils iront au moins cher »,déplore ce dernier.

Envoyer par mail un article

Le poids de la récession, le choc des licenciements

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.