Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TÉLÉVISION

Le match à risque de Leo Kirch

04/01/2002

Le magnat allemand a rentabilisé la revente des droits télévisés de la Coupe du monde de football. Heureusement, car son groupe a cruellement besoin d'argent.

La Coupe du monde n'est pas encore jouée mais le vainqueur est déjà connu : Leo Kirch. Le magnat allemand des médias a revendu, avec profit, les droits audiovisuels des deux prochains mondiaux de football. Six mois avant le coup d'envoi de la compétition, en juin 2002, le groupe audiovisuel bavarois cumule déjà plus de 2,6 milliards d'euros de recettes, en ne comptant que les principaux marchés. C'est plus que les 1,9 milliard d'euros promis il y a dix ans par Kirch à la Fédération internationale de football (Fifa) en échange des droits audiovisuels des Coupes du monde de football 2002 et 2006. Et ce n'est pas fini ! Il reste encore à vendre l'édition 2006 dans quelques pays et les droits radio (récemment achetés en France par RMC Info pour 164 000 euros, alors que les droits TV ont été décrochés par TF1). Le groupe Kirch est donc parvenu à rentabiliser un investissement promis il y a dix ans à un désastre financier. Il réalise même des bénéfices qui seront partagés avec la Fifa : 753 millions d'euros à ce jour.

Une dette totale de 5 à 6 milliards d'euros

Les succès « sportifs » de Leo Kirch permettent à son groupe d'éviter la banqueroute. La situation financière de la société allemande est très préoccupante.« Les bons résultats dans notre activité de commerce de licences ont compensé la baisse des revenus de la télévision commerciale due à la faiblesse actuelle du marché publicitaire »,indique Dieter Hahn, vice-PDG du groupe et successeur désigné de Leo Kirch. En effet, fin septembre 2001, l'endettement de Kirch Media, la branche audiovisuelle du groupe, s'élevait à 2,2 milliards d'euros. Et de l'aveu même de Dieter Hahn, la dette totale du groupe Kirch atteint 5 à 6 milliards d'euros. Des chiffres que le groupe a dévoilés pour la première fois il y a une quinzaine de jours.

De quoi alarmer la Dresdner Bank, qui réclame le remboursement immédiat d'un prêt de 460 millions d'euros. L'argent du football a permis de faire patienter les créanciers, mais cela ne sera pas suffisant. Leo Kirch envisage la cession de certaines participations dans des télévisions, comme les 25 % qu'il détient dans Telecinco en Espagne - participation qui intéresserait TF1. Kirch a déjà vendu les 1,28 % qu'il possédait dans le groupe italien Mediaset, de Silvio Berlusconi, pour 120 millions d'euros. Les ennuis ne sont pas finis. Rupert Murdoch, son associé à 22 % dans la chaîne à péage allemande Première World, a décidé de se retirer. Contractuellement, Leo Kirch devra lui verser 1,5 milliard d'euros en octobre prochain. S'il ne trouve pas un nouveau partenaire, il devra encore céder une partie de son empire...

Envoyer par mail un article

Le match à risque de Leo Kirch

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies