Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Enquête Radio

Les nouvelles voies des ondes

18/01/2002

Existe-t-il une alternative à la FM ? Comme la radio numérique en est au stade de l'expérimentation, les opérateurs regardent de plus en plus vers les bonnes vieilles ondes moyennes.

La télévision numérique terrestre pointe son nez. Pas la radio, qui attend toujours un appel à candidatures sur ce mode de diffusion. Lancée il y a plus de dix ans, la radio numérique est encore loin d'être opérationnelle en France. Mi-décembre 2001, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a autorisé plusieurs stations à émettre en Île-de-France, de manière expérimentale. Car le DAB (Digital Audio Broadcasting), la norme de la radio numérique, n'est encadré par aucun texte de loi (1). Elle possède pourtant de sérieux atouts pour s'imposer : une réception sans parasites (y compris lors des déplacements), un son d'une qualité supérieure à celui de la FM, l'interactivité, la diffusion de données associées et de nouveaux services. Elle nécessite néanmoins d'autres récepteurs, en raison de l'utilisation de fréquences différentes de celles de la FM.

Dans l'attente d'une loi définitive

« L'avenir appartient à cette technique, mais des efforts doivent être faits, particulièrement du côté législatif »,estime Anne Coutard, ancienne directrice générale de Radio France, puis directrice déléguée à la présidence de RTL et auteur d'un rapport sur le sujet rendu en octobre dernier à Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication (lire l'entretien ci-contre).« Nous attendons une loi définitive,confirme Marc Pallain, directeur délégué à la direction générale de NRJ Group.On ne peut pas toujours rester dans l'expérimentation. »En attendant mieux, le CSA a obtenu, début janvier, un accord de principe du gouvernement afin de prolonger, grâce à un amendement, la durée d'expérimentation du DAB jusqu'à la fin 2002.« Nous espérons qu'un texte définitif sera voté par le Parlement d'ici là,précise Jacqueline de Guillenchmidt, membre du CSA en charge de la radio.Ce serait un signe pour les constructeurs de récepteurs. »

Car les constructeurs d'appareils électroniques rechignent à développer des récepteurs. Du coup, les opérateurs hésitent à investir dans de nouveaux programmes. Difficile, dans de telles conditions, de séduire le grand public. Parmi les principaux groupes radio, seul le service public manifeste un réel intérêt pour le DAB.« Nous avons une vraie volonté politique de nous lancer dans le numérique,explique François Desnoyers, directeur général délégué de Radio France.Cela n'est pas étranger au fait que Roland Faure, ancien président de Radio France, est aujourd'hui président de l'association Radio numérique. En France, nous sommes à la croisée des chemins. Nous sommes peu développés dans les données associées, mais nous avons acquis le savoir-faire dans ce domaine grâce à Internet. »Si tous les opérateurs répondent présents aux appels à candidature du DAB, c'est aussi pour occuper le terrain.« Ce serait stupide de perdre des fréquences ou de les donner à la téléphonie »,confie un observateur.

La bande FM saturée

Curieusement, c'est une technique de diffusion ancienne qui a les faveurs des opérateurs : la modulation d'amplitude. Elle regroupe les grandes, moyennes et petites ondes. Avant l'avènement de la FM, il y a vingt ans, c'était l'unique mode de diffusion d'Europe 1, RTL et RMC. Face à une bande FM saturée dans les grandes agglomérations, les ondes moyennes apparaissent comme une alternative.« C'est une évidence pour les radios d'informations, les " stations talk ",clame Alain Weill, le président de RMC Info.Nous n'avons pas besoin d'une grande qualité de réception. En revanche, nous recherchons de la couverture. »

L'émetteur grandes ondes de RMC Info, dont le coût annuel avoisine les 2 millions d'euros, a été sauvé in extremis grâce à un voyage sur autoroute effectué par Alain Weill.« Quand vous êtes en voiture,explique-t-il,vous voyez la différence : il n'y a qu'une seule fréquence à mémoriser. Et la radio peut être captée loin des agglomérations sans risque de coupure. »Les ondes moyennes n'ont-elles pas servi au lancement de Radio bleue, en lui assurant d'emblée 400 000 auditeurs quotidiens ?

Seconde jeunesse pour les ondes moyennes

Surtout, la numérisation a redonné une seconde jeunesse aux ondes moyennes. La technique permet d'améliorer la qualité de réception, de supprimer les parasites et d'apporter la stéréo. Contrairement au DAB, la norme retenue, le DRM, ou Digital Radio Mondiale, a été adoptée par tous les opérateurs et elle n'utilise pas de nouvelles fréquences. Une station peut diffuser son programme en même temps en analogique et en numérique. À condition d'acquérir le récepteur approprié.

Les structures se mettent déjà en place. Fin 2001, Radio France a restitué son réseau A, dont la couverture est estimée à plusieurs dizaines de millions d'habitants. L'étude technique du CSA s'achève. Cette gamme d'ondes relativement vierges et ces perspectives techniques, qui doivent concrètement se développer d'ici à la mi-2003, encouragent d'ores et déjà les vocations. RMC Info y voit une perspective de développement en termes de couverture sur le nord de la France. Ciel AM a déjà bénéficié d'une fréquence provisoire de neuf mois à Paris. Et Superloustic développe un projet de radio d'ambition nationale destinée aux enfants, avec un investissement d'environ 15 millions d'euros répartis sur trois ans. Ses promoteurs, dont Patrick Fillioud, l'ancien président de BFM, espèrent équilibrer leurs comptes après cinq saisons en tablant sur 15 millions d'euros de recettes publicitaires par an. Face à cette demande, le CSA ouvrira un appel à candidatures d'ici à la mi-février. Dans un premier temps, uniquement sur les fréquences les plus importantes.

(1) La radio numérique est seulement soumise à la loi du 10 avril 1996, qui autorise des« expérimentations dans le domaine des technologies et services de l'information ».

Envoyer par mail un article

Les nouvelles voies des ondes

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.