Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

La télé, c'est son dada !

25/01/2002

Le Grand Prix d'Amérique, que Canal+ diffusera le 27 janvier, montre l'intérêt grandissant des chaînes pour les sports hippiques. En témoigne le succès d'Equidia et des paris interactifs.

Le dimanche 27 janvier, Canal + diffusera en clair et en direct de Vincennes l'une des courses de chevaux les plus populaires de France : le 81eGrand Prix d'Amérique. Un rendez-vous important pour la chaîne qui a acquis, face à France Télévisions, et moyennant 2,3 millions d'euros, les droits pour 5 ans de 260 courses annuelles, dont les 8 grands rendez-vous du calendrier français. Depuis le 1er septembre dernier,La Grande Coursepropose quatre rendez-vous de trente minutes du mardi au jeudi et le week-end.« France Galop et la Société du cheval français[trot]souhaitaient changer l'image des courses, car les amateurs ne sont pas seulement d'irréductibles joueurs en attente de pronostics »,explique Michel Denisot, directeur général délégué de Canal +, propriétaire de chevaux et artisan de l'arrivée des sports hippiques sur sa chaîne.« Nous traitons les courses hippiques comme un sport à part entière »,traduit le rédacteur en chef, Thierry Dayan, transfuge du football, qui chapeaute une douzaine de journalistes.« Nous suivons les entraînements, nous interrogeons les jockeys. Nous donnons le maximum d'informations pour montrer la réalité. »

Un public plus jeune

Près de quarante caméras sont disposées sur l'hippodrome. Léo Productions assure la partie technique et réalise le signal international destiné à Equidia, la chaîne du PMU, utilisée comme support par Canal+. Stéphane Guy, le commentateur, souligne l'importance du« commentaire qui colle parfaitement à l'image, dont aucune n'est gratuite ».Le pari est donné gagnant. Durant la semaine, l'émission enregistre en moyenne 5 % de part d'audience. La case du samedi a progressé de 20 % par rapport à l'automne 2000 et celle du dimanche de 40 %. Mieux, Canal+ attire un nouveau public, plus jeune (70 % de moins de 50 ans), plus féminin et comportant une bonne part de néophytes.

Ce tout nouveau public se retrouve également sur Equidia, qui propose cinq à neuf heures de direct par jour. Lancée le 21 octobre 1999 sur TPS et sur CanalSatellite, la chaîne 100 % PMU est aussi déclinée en version « pro » dans les quatre mille « cafés courses » et en version internationale pour les bookmakers britanniques et allemands.« Les spécialistes ne constituent que 30 % de notre public,affirme Élie Chancrogne, en charge des relations extérieures de la chaîne.Parmi les quelque 500 000 fidèles de notre coeur de cible, on trouve pour moitié des turfistes avertis, mais aussi des gens qui s'intéressent plus généralement au monde du cheval. »Sur les 30 000 personnes qui parient quotidiennement via la chaîne,« plus d'un tiers n'avaient jamais parié ».Même succès pour les paris interactifs par satellite, lancés sur CanalSatellite et TPS : ils constituent la locomotive des services interactifs, confirment les deux bouquets.

Au final, le grand gagnant reste surtout le PMU, qui a enregistré plus de 151 millions d'euros de chiffre d'affaires grâce à ses paris télévisés depuis avril 2000.« Dans notre stratégie de conquête d'une nouvelle clientèle, la télévision a été un partenaire décisif »,admet son PDG, Bertrand Bélinguier.

Envoyer par mail un article

La télé, c'est son dada !

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.