Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

Pas signé, déjà controversé

22/02/2002

CanalSatellite et AB envisagent de créer de nouvelles chaînes cinéma. Un projet d'accord qui inquiète les organisations syndicales.

Comme l'a révéléLe Figarole 16 février, une lettre d'intention a été signée le 24 décembre dernier entre AB et CanalSatellite« pour la fourniture de cinq à six chaînes de films de catalogue du groupe AB, dans le but de diversifier son offre cinéma ». Au risque de concurrencer les chaînes existantes du pôle MultiThématiques (CinéCinémas 1, 2, 3, Ciné Classics), il s'agit de créer dans les mois à venir de nouveaux contenus consacrés au septième art, qui seraient édités par le groupe AB et distribués par CanalSatellite. Cet accord renforcerait encore des liens déjà forts entre les deux groupes - CanalSatellite distribue onze chaînes d'AB, dont RTL9. Pour mémoire, c'est le groupe Lagardère, coactionnaire avec Canal + de CanalSatellite (à 34 %), qui assure depuis décembre 1999 la régie des dix-sept chaînes d'AB, avec la volonté plus ou moins explicite d'aller plus loin.

Diffusion depuis le Luxembourg

La teneur du projet fait néanmoins débat. Comme les autres programmes du groupe AB, ces nouvelles chaînes seraient diffusées depuis le Luxembourg. Elles échapperaient ainsi à la réglementation française sur les quotas de diffusion et de production, et pourraient notamment outrepasser la limite des 192films autorisés pour une chaîne française de cinéma. Elles seraient également libérées de toute obligation d'investissement dans le cinéma français, et exemptées des secteurs interdits de publicité qui pèsent sur les chaînes françaises.« Il n'a jamais été question que ces chaînes ne respectent pas la réglementation française »,affirme-t-on à Canal +. Mais cela n'empêche pas les organisations professionnelles du cinéma de tirer la sonnette d'alarme, d'autant que Canal+ a déjà exprimé sa volonté de revoir ses accords cinématographiques avant la fin 2004.

La société des Auteurs-réalisateurs-producteurs (ARP), l'Union des producteurs de films et le Bureau de liaison des industries cinématographiques font front uni pour dénoncer les pratiques d'AB, qui a« démontré par le passé sa capacité à faire peu de cas de la réglementation française »ainsi que« son mépris délibéré des lois applicables à l'audiovisuel français ».

Le monde du cinéma en appelle aujourd'hui au gouvernement et au Conseil supérieur de l'audiovisuel pour faire preuve de la« plus grande vigilance sur le sujet ». Après les déclarations de Jean-Marie Messier sur l'exception culturelle française, cette nouvelle « affaire » ne va pas redorer le blason de Canal + dans le monde du cinéma. Même si J2M s'est voulu rassurant, en déclarant que son accord avec EchoStar, en décembre 2001, allait lui permettre de créer une chaîne ouverte au cinéma européen aux États-Unis.

Envoyer par mail un article

Pas signé, déjà controversé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.