Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Audiovisuel

Présidentielle : des candidats sous contrôle

01/03/2002

Garant du pluralisme sur les écrans, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a la délicate mission d'assurer le principe d'équité en période de pré-campagne électorale.

Chirac-Jospin : match nul. Aux yeux du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), l'intervention du Premier ministre sur France 2, le 21 février, s'est faite dans le respect global du pluralisme. Le candidat Jospin a en effet bénéficié de 27 minutes d'antenne entre 20 h 11 et 20 h 37, soit la même durée que Jacques Chirac le 11 février au journal télévisé de TF1. Jacques Chirac a-t-il malgré tout battu Lionel Jospin ? Grâce à l'audience de la Une, il a réuni 2,6 millions de téléspectateurs de plus que son opposant.« On ne peut pas dire que Chirac [ait] fait plus d'audience que Jospin »,estime Frédéric Le Moullec, directeur général de ZenithOptimedia Research (lire l'encadré).« Mais Jospin n'a pas choisi France 2 au hasard. Il considère sans doute que le service public lui correspond mieux. Peut-être a-t-il aussi été induit en erreur par son score du 5 décembre où, entre 20 h 20 et 21 h 15, il avait attiré 2 millions de téléspectateurs de plus que pour un JT moyen. »

Notion subjective

L'audience est un facteur qui échappe au Conseil. Jusqu'au 5 avril, début de la campagne officielle, l'instance veille au respect de l'équité dans les temps d'antenne. À ne pas confondre avec l'égalité qui, du 5 avril au 5 mai, assurera le même temps de parole aux candidats Chirac et Besancenot, par exemple. Un premier relevé, en janvier, montre que Chirac et Jospin ont bénéficié respectivement de 16 et de 13minutes sur TF1, de 45 et 35minutes sur France 2, et de 23 et 29 minutes sur France 3. Une ou deux fois par semaine, un groupe de travail, coprésidé par Jacqueline de Guillenchmidt et Joseph Daniel, deux conseillers nommés respectivement par les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale, contrôle la couverture électorale et pointe les déséquilibres. Dominique Baudis, président du CSA et ancien député UDF, exprime son point de vue« dans la collégialité ». « Je suis dans la situation où se trouvait Robert Badinter quand il présidait le Conseil constitutionnel, après avoir été ministre de Mitterrand »,explique-t-il.

Le CSA, qui publiera début mars son bilan de février, se targue de faire respecter l'équité. En janvier, il a publié un communiqué indiquant que la place accordée à la campagne est« beaucoup moins importante »qu'en 1995(1). Il a aussi écrit aux chaînes de télévision pour une meilleure exposition des petits candidats. Arlette Laguiller ou Brice Lalonde n'ont ainsi bénéficié d'aucun temps d'antenne sur France 2 en janvier.« Nous devons, en principe, faire respecter l'équité sur le mois,explique Dominique Baudis,mais nous apprécions aussi sur la durée si un candidat récupère du temps d'antenne. »L'équité, qui autorise la disproportion, reste toutefois subjective :« Nous notons chez le candidat, s'il s'agit d'un chef de parti, les forces politiques qui le soutiennent, la place qu'il occupe dans les sondages ou la dynamique qu'il impulse à la campagne »,note Joseph Daniel. Difficile en revanche de déterminer ce qui relève ou non des« propos de campagne »en période de pré-campagne. Ainsi l'opération pièces jaunes de Bernadette Chirac sur TF1 ne relève pas du contrôle du pluralisme.

Les risques pour les chaînes sont limités.« Nous envoyons des courriers nominatifs,reprend Joseph Daniel,mais nous n'envisageons pas de sanctions. Les chaînes savent qu'il vaut mieux, pour leur image, redresser les temps d'antenne. TF1 le sait, qui a accordé en janvier 1995 3 h 04 à Balladur contre 1 h 47 à Chirac. »Pour l'heure, conclut Dominique Baudis,« tout se passe sereinement, nos remarques assez édulcorées me valent même des appels de présidents de chaînes. Ce qui montre qu'ils sont vigilants ».

(1) Les temps d'antenne accordés à la pré-campagne en janvier sont d'1 h 09 pour TF1, 2 h 32 pour France2, 1 h 49 pour France3, 40minutes pour Canal+ et 7minutes 35secondes pour M6.

Envoyer par mail un article

Présidentielle : des candidats sous contrôle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.