Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

FINANCES

Les zones à risques de Vivendi Universal

15/03/2002

Après l'annonce d'une perte record due à l'amortissement d'écarts d'acquisition, c'est la branche Médias du groupe présidé par Jean-Marie Messier qui multiplie les déconvenues.

En annonçant une perte comptable de 13,6 milliards d'euros en 2001, Jean-Marie Messier, PDG de Vivendi Universal, a semé le trouble. La perte est certes liée à l'adoption d'une norme comptable américaine, dite US Gaap, et à l'amortissement de survaleurs après l'euphorie Internet : selon J2M, il ne s'agit donc que d'un jeu d'écritures visant à aligner la valeur de ses acquisitions sur la réalité du marché. Reste que le groupe Canal +, qui représente à lui seul une charge comptable de 6 milliards d'euros, connaît une sensible dépréciation de son actif. Elle coïncide avec l'annonce d'un déficit d'exploitation de 374 millions d'euros en 2001, soit une aggravation annuelle de 10 %.« Le management a la nécessité impérieuse de redonner à Canal + son rôle de contributeur au résultat dans les deux ans »,a mis en garde le PDG de Vivendi Universal le 8 mars dansLa Tribune.Pour l'heure, les comptes de Canal+ sont plombés par le bouquet Telepiù, qui projette de fusionner avec son concurrent Stream, sur le point d'être racheté à Murdoch. Mais J2M doit pour cela surmonter les réticences des autorités italiennes de la concurrence. À défaut, a-t-il prévenu,« Stream serait en faillite ».Le PDG se dit en outre favorable à une plate-forme de programmes commune entre Multithématiques, les chaînes Universal et Liberty Media.

Vizzavi en difficulté

Son autre source d'inquiétude réside dans la presse. Sur le pôle professionnel, Éric Licoys, le directeur général de Vivendi Universal, compte parvenir avant fin mars à un accord avec les fonds Cinven et Carlyle, tout en gardant 20 à 25 % des parts. En revanche, J2M a dû provisoirement renoncer à la cession de la Comareg, sa branche de presse gratuite, et il devra revoir son prix pour intéresser l'allemand Waz et S3G. Enfin, les difficultés de Vizzavi font douter les analystes de sa stratégie de convergence entre Internet, l'audiovisuel, la téléphonie et la musique. Après l'éclatement de la bulle Internet, serait-ce la fin de la bulle Messier ?

Envoyer par mail un article

Les zones à risques de Vivendi Universal

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.