Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Francis Jaluzot : À bras le corps

22/03/2002 - par Didier Falcand

Le PDG de 20 Minutes n'est pas du genre à fuir les difficultés. Il aura besoin de ses talents de négociateur pour imposer le quotidien gratuit.

Francis Jaluzot, président de 20 Minutes France, est soulagé. Ses actionnaires, les groupes Schibsted et Ouest France (50-50), ont fini par donner leur feu vert au lancement, le 15 mars dernier, du quotidien gratuit sur Paris.« Il était temps, nous avions atteint notre date limite. Nous étions prêts depuis plusieurs mois et il devenait difficile de mobiliser les troupes en interne. »La situation était d'autant plus dure à vivre que ce père de trois enfants a toujours préféré l'action à l'attente.« C'est un physique,dit de lui Édouard Coudurier, PDG duTélégramme,qui l'avait recruté en 2000 pour lancer le cityguide Vivalaville.À l'instar d'un sportif, il a besoin d'être confronté directement aux problèmes. »

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est servi. Après un premier jour plutôt encourageant, où il avait réussi à distribuer 150 000exemplaires (sur 190 000imprimés), la suite a été plus âpre. Décidée à empêcher coûte que coûte la sortie de ces nouveaux quotidiens gratuits, la CGT du Livre a intensifié ses actions sur les colporteurs chargés de diffuser le journal dans soixante-dix sites de Paris et sa banlieue, comme elle l'avait fait pour contrerMetro.« C'est anormal, scandaleux, c'est une atteinte à la liberté d'entreprendre,s'enflamme Francis Jaluzot.Il est préoccupant, dans une démocratie, de bousculer des gens et de détruire des journaux. »Pour autant, il est tout à fait prêt à rencontrer des représentants du Livre pour trouver une solution au conflit.« Nous devions voir une délégation la veille du lancement,précise de son côté Philippe Léoni, PDG de Spir Communication et représentant du groupe Ouest France au conseil d'administration de 20 Minutes France.Elle s'est décommandée un quart d'heure avant. »

Dans ce bras de fer, Francis Jaluzot va pouvoir montrer les talents d'organisateur méthodique et de négociateur hors pair que beaucoup lui reconnaissent.« C'est un teigneux, il ne lâche rien »,assure Édouard Coudurier.« C'est l'une des qualités, avec sa parfaite connaissance du monde de la presse, qui nous a incités à le recruter »,ajoute Sverre Munck, PDG de 20 Minutes Holding. Cette qualité lui a d'ailleurs déjà permis de recomposer un tour de table sérieusement mis à mal par les événements du 11 septembre 2001. Ce jour-là, plusieurs partenaires financiers, dont Apax Partners, ont fait machine arrière. En place depuis à peine deux mois, Francis Jaluzot a alors cru revivre son expérience précédente, quand les actionnaires de Vivalaville lui ont coupé les vivres et qu'il n'a pas réussi à les remplacer, ce qui l'a obligé à liquider l'entreprise un an après l'avoir lancée.« J'avais accepté la présidence de 20 Minutes France parce que les actionnaires m'avaient assuré qu'ils apporteraient les 35 millions d'euros nécessaires pour atteindre l'équilibre »,se souvient-il.

 

Marketeur de presse

 

Le coup de blues passé, ce diplômé d'HEC s'est jeté à corps perdu dans la bataille. Plusieurs accords ont failli être signés avec la Socpresse,Le MondeetLe Parisien,où il a retrouvé Anne-Marie Finkelstein, qui l'avait recruté en 1993 comme directeur marketing du groupe Tests, qu'elle présidait. Mais c'est avec Spir Communication et Sofiouest que le deal a été conclu. Un atout important, puisqu'il s'agit de l'un des deux leaders français de la presse gratuite. Surtout, Philippe Léoni s'est investi fortement dans les choix techniques et sera en première ligne dans de futures négociations avec le Syndicat du Livre.

Parallèlement, Francis Jaluzot s'est attaché à finaliser le produit et à mettre en place l'organisation et l'argumentaire commercial. C'est là que ses quinze ans d'expérience en marketing de presse, àL'Équipe,chez Excelsior Publications puis au groupe Tests, ont joué à plein. EntreL'Équipe(au moment de la création du Sport),20 Ans, Science&Vie, L'Auto journal, 01Net, 01 Informatique, Micro hebdoouNewbiz,il n'a pas cessé, au cours de sa carrière, de lancer, relancer ou repositionner de belles marques de presse.« Il connaît parfaitement la mécanique de lancement d'un titre sur un marché,précise Marianne Siproudhis, directrice générale de Manchette, en charge duParisien,qui a travaillé six ans avec lui.Il a même lancé des choses plus complexes. »

Sa priorité ? Le contenu.« C'est incontournable,affirme l'intéressé.Sans un bon journal, le reste n'est que poudre aux yeux. »Ce n'est pas un hasard si la rédaction de20 Minutesfrôle les trente journalistes permanents. Soit plus de trois fois l'effectif de son concurrentMetro.Le pari - atteindre l'équilibre d'exploitation dans les trois ans avec 35 millions d'euros de recettes publicitaires nettes annuelles - n'est pas gagné pour autant. Il faudra convaincre les annonceurs que la cible visée (les 20-40ans) lit et apprécie le titre. En espérant que les problèmes de distribution seront réglés d'ici là.

Envoyer par mail un article

Francis Jaluzot : À bras le corps

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.