Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

E-commerce

C-mescourses s'arrête, Télémarket se cherche

22/03/2002

C-mescourses (Casino) fermera ses portes en avril et Télémarket, que les Galeries Lafayette n'ont pas réussi à vendre, rejoint le pôle alimentaire du groupe.

En l'état actuel du marché, la demande, quoique réduite, existe. Mais il n'y a pas de modèle économique. »Lors de la présentation des résultats du groupe, Christian Couvreux, président du directoire de Casino, n'y est pas allé par quatre chemins pour justifier la cessation d'activité de C-mes courses. L'aventure lui a coûté cher : le groupe stéphanois a provisionné une perte de 12millions d'euros en 2001 pour l'arrêt du cybermarché.

Ooshop espère être rentable en 2003

Au prix d'une seconde provision de 17,5millions d'euros, il a ramené par ailleurs sa participation de 15% dans Télémarket, le cybermarché contrôlé par les Galeries Lafayette, à zéro. à vendre depuis un an, ce dernier devrait sous peu sortir de Laser, filiale de prestation de services des Galeries, pour rejoindre le pôle alimentaire du groupe, affilié à Monoprix. Car, bien que pionnier et leader des cybermarchés, avec 120 000clients et 1 500commandes par jour en moyenne, Télémarket n'a pas trouvé preneur. Mauvais signe pour le marché ?

« Pas nécessairement,assure Vincent Cornet, directeur général d'Ooshop, le cybermarché de Carrefour.Télémarket ne constitue pas du tout une mauvaise affaire. Mais son rachat reviendrait trop cher, comparé à l'opportunité qu'il représente. »Avec un chiffre d'affaires multiplié par quatre entre 2000 et 2001, soit 5 millions d'euros par mois en fin d'année, pour des pertes réduites à moins de 2,5 millions d'euros par mois, Ooshop se présente comme le challenger de Télémarket. Il entend, grâce à un investissement supplémentaire de 15 millions d'euros réalisé par Carrefour, en septembre dernier, et à un nouvel entrepôt automatisé, opérationnel en fin d'année, atteindre la rentabilité avant 2003.

De son côté, Houra (groupe Cora) a décidé, en novembre dernier, de se retirer de soixante départements français non rentables et de ne plus en desservir que trente-quatre. Il annonce 100 000 clients et 1 500commandes par jour et affirme que son chiffre d'affaires a doublé l'année dernière.« Notre objectif, d'ici à la fin 2002, est d'atteindre la rentabilité opérationnelle,indique Loïc Le Moaligou, directeur marketing du site.Nous pensons y parvenir grâce aux efforts que nous faisons en matière de réduction des coûts logistiques. »

Là est la clé de la réussite pour des acteurs qui perdent tous de l'argent sur chaque livraison, facturée 12euros en moyenne pour un coût de revient de 15euros.

Réaliser des gains de productivité

« C'est en optimisant les trajets et en supprimant les produits susceptibles d'arriver endommagés que nous pouvons espérer devenir rentables »,affirme Loïc Le Moaligou.« Nous devons servir plus de commandes pour mieux amortir nos coûts fixes (entrepôt, informatique, etc.),souligne de son côté Vincent Cornet.Bref, réaliser des gains de productivité. »

Bien que convaincu d'avoir adopté le modèle idéal en misant sur de petits centres de préparation délocalisés en liaison avec les stocks de son réseau de supermarchés, Auchandirect, lancé il y a un an, reste quant à lui plutôt discret sur ses performances.

Pour l'heure, le chiffre d'affaires annuel cumulé des cybermarchés représente un peu moins de 200 millions d'euros, soit l'équivalent d'un gros hypermarché. Mais, à l'horizon 2005, les cybermarchés devraient réaliser sur la région parisienne de 600 millions à 1milliard d'euros de chiffre d'affaires. S'ils parviennent à surmonter le choc de la période d'investissement...

Envoyer par mail un article

C-mescourses s'arrête, Télémarket se cherche

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.