Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

Le Parisien riposte aux gratuits

05/04/2002

Le quotidien du groupe Amaury présente sa réponse commerciale avant une éventuelle contre-offensive juridique ou capitalistique.

Le groupe Amaury, éditeur duParisien, passe à la contre-offensive face aux gratuitsMetroet20 Minutes. Alors que le premier se heurte à l'hostilité des diffuseurs de presse, qui se refusent à encarter le titre dansFrance Soir, le second cherche à s'entendre avec les ouvriers du Livre CGT, qui ont envahi son siège le 26 mars. L'impression de20 Minutespar Québécor sur une imprimerie de labeur risque maintenant de valoir au groupe norvégien des poursuites de la part duParisien.

Surveiller les distorsions de concurrence

« S'il y a distorsion de concurrence substantielle, en raison de conditions d'impression notablement différentes, nous ne resterons pas sans réagir »,prévient Jacques Guérin, directeur général duParisien. Tout en évoquant la possibilité de saisir les autorités de la concurrence ou le Conseil supérieur des messageries de presse, ce dernier entend désormais traiter les quotidiens gratuits comme de vrais concurrents.

La reprise à la une, dès l'édition du 27 mars, du massacre de Nanterre, pourtant survenu le matin-même à 1 h 11, permet auParisiende faire valoir sa supériorité sur les gratuits :« Nous réalisons un produit de nature différente avec dix fois plus de journalistes et 30 % du contenu enrichi après 22 heures »,explique Jacques Guérin. Mais cela n'empêche pas le titre de s'allier à la presse gratuite en lançant deux produits commerciaux communs avec l'hebdomadaireÀ Nous Paris. Le premier, Paris à nous deux, plutôt destiné à la publicité de marques, propose une insertion dans chaque titre, avec un ticket d'entrée de 29 000 euros, pour une audience dédupliquée de 2,9 millions de lecteurs. Le second, Sept à Paris, propose cinq insertions dansLe Parisienet deux insertions dansÀ Nous Paris, pour une audience de 8,1 millions de lecteurs avec un ticket d'entrée de 75 000 euros. Ensemble, les deux titres revendiquent un coût pour mille de 30 à 50 % inférieur aux quotidiens gratuits. De l'aveu même de Jacques Guérin, des discussions sont ouvertes pour prolonger ce partenariat commercial par une prise de participation capitalistique...

Envoyer par mail un article

Le Parisien riposte aux gratuits

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.