Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

Messier cherche à sauver son empire

24/05/2002

Vivendi a mis sur le marché ses 23% de BSkyB et renoncé au projet de fusion entre Stream et Telepiù.

Avant le prochain conseil d'administration de VU, le 29 mai à New York, Jean-Marie Messier, son PDG, multiplie les signes rassurants. Il a placé sur le marché ses 23 % de BSkyB (lire aussi page 36), portés depuis septembre par la Deutsche Bank et Goldman Sachs, et réduit sa dette de 2,7 milliards d'euros tout en empochant une plus-value de 164 ME. Faute d'accord avec les autorités de la concurrence italiennes, il renonce aussi à la fusion entre Stream et Telepiù. L'apport du bouquet satellite de Murdoch était vu, hier encore, comme le seul moyen de remettre sur les rails un Telepiù aux pertes abyssales (350 ME en 2001).« Entre juillet 2001 et mai 2002, les conditions de la fusion ont changé,explique Martine Esquirou, responsable de la communication du groupe.Nous ne pouvions plus accepter un énième compromis. »Pour s'être engagé à retrouver l'équilibre dans les deux ans, Telepiù n'avait plus de temps à perdre. Les demandes de l'antitrust de porter à deux ans, au lieu de trois, ses contrats sur le football italien, ont joué en faveur d'une rupture des fiançailles.

Pas de montant de dédit

Jean-Marie Messier peut néanmoins espérer que Stream fasse faillite. Il économiserait 390 à 420 ME promis à Murdoch, tout en se débarrassant d'un concurrent. Encore faut-il convaincre Murdoch d'abandonner la partie. Celui-ci entend« faire valoir ses droits »et indique que les contraintes financières de VU ne sont pas« des raisons valables ». « L'accord de fusion ne prévoyait pas de montant de dédit »,indique-t-on à VU. Le groupe parie désormais sur de nouveaux décodeurs numériques en Italie et une action musclée, dès juin, contre le piratage. Légèrement au-dessus de 30 euros, l'action VU reste fragile. En deça, elle est sous la menace d'une OPA.

Envoyer par mail un article

Messier cherche à sauver son empire

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W