Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

AUDIOVISUEL

Les images violentes sous surveillance

21/06/2002

Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la Culture et de la Communication, a confié à la philosophe Blandine Kriegel une mission d'évaluation sur l'impact de la violence télévisuelle.

La coïncidence de date est frappante : le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Jacques Aillagon, a attendu le 5 juin pour confier à Blandine Kriegel une mission sur la violence à la télévision. C'est aussi ce jour-là qu'a été révélé le crime de Saint-Sébastien-sur-Loire, où un jeune garçon, fan du filmScream,a assassiné l'une de ses camarades. La philosophe a jusqu'à fin 2002 pour rédiger un rapport ou, comme elle le dit,« trouver une cote suffisamment bien taillée pour satisfaire des intérêts contraires ».D'un côté, les tenants de l'image comme pousse-au-crime estiment, à l'instar de Laurent Bègue, psychologue social, que« près de 10 % des comportements délinquants peuvent s'expliquer par la violence vue au cinéma ou à la télévision » (L'Expressdu 13 juin 2002). De l'autre, les chaînes de télévision renvoient la violence des images à celle de la société et agitent le spectre de la censure (1).

Éduquer les enfants à l'image

Qu'en est-il réellement ? Selon Serge Tisseron, psychiatre et auteur de l'ouvrageEnfants sous influence, les écrans rendent-ils les jeunes violents ?(Armand Colin, 2000), la recherche française s'appuie sur une étude américaine publiée par la revueScienceà la fin des années quatre-vingt-dix. Elle démontre que sur 700enfants observés entre 4 et 21ans, ceux qui regardent la télévision plus de trois heures par jour ont majoritairement davantage de chances de devenir violents.« Mais, on oublie de préciser que si les enfants regardent plus la télévision, c'est aussi parce qu'ils ont moins de choix de divertissement »,rappelle Serge Tisseron. Entre 1997 et 2000, une quarantaine de chercheurs français ont donc étudié, sous sa direction, l'absorption d'images violentes par des enfants âgés de 11 à 13ans. Conclusion : ceux qui sont soumis à de telles séquences pendant dix minutes (extrait de fiction, journal télévisé, dessin animé, etc.) développent des mimiques et des comportements révélateurs du dégoût, de l'angoisse ou de l'anxiété.« Les images violentes accentuent en outre le grégarisme,estime Serge Tisseron.Sous leur influence, les comportements plus pacificateurs et diplomates, qu'on retrouve notamment chez les filles, s'effacent. »

Pour faire face, le psychiatre réclame une éducation à l'image, l'organisation de jeux de rôle et des émissions de télévision qui permettent un dialogue entre parents, enfants et enseignants.« Il faut aussi que le gouvernement fasse respecter des interdictions à certaines heures,souligne-t-il.Mais n'interdisons pas toute violence, ou elle entrera par la fenêtre : un film violent à 20 h 30 peut convenir aux 12-16ans et terrifier les plus jeunes. »Le Conseil supérieur de l'audiovisuel paraît, en tout cas, plus vigilant. Il vient d'adresser deux mises en demeure à France Télévisions après unEnvoyé spécialsur l'industrie du sexe et une capture de site pornographique diffusée dans un JT. Forte d'une nouvelle signalétique, indiquant l'âge au-dessous duquel un programme est déconseillé, l'instance semble décidée à revenir sur la tolérance, accordée trois à quatre fois par an, pour la diffusion à 21 heures de films interdits aux moins de 12ans. Quant aux chaînes, elles sont - pour l'heure - plus regardantes : M6 vient ainsi de déprogrammerPetits Meurtres entre amis,un film interdit aux moins de 12ans et prévu le 24 juin à 22 h 40.

(1) En deuxième partie de soirée, Scream 1 a été diffusé par France 2 le 8 mars 2001 (1,4 million de téléspectateurs) et Scream 2 a réuni 2 millions de téléspectateurs sur TF1 le 11 avril 2002. En prime time, Canal + a diffusé les trois Scream le 25 mars 1999, le 21 février 2000 et le 18 février 2002, pour une audience de 1,3 à 1,6 million de téléspectateurs.

Envoyer par mail un article

Les images violentes sous surveillance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.